Poudlard-School est un RPG sur Harry Potter.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Ven 17 Juil - 0:52

    [Hj ; oh ! chouquette, oh ma chouquette... ma réponse est fade et manque de sérieux. j'ai un peu craqué moi cette fois-ci, je suis fatiguée ce soir. T.T j'voulais te répondre, mais m'en veux pas si c'est pas terrible. <3]

    Je tenais donc ma chouquette affectueusement. Bella sembla vouloir m’imiter. Elle encercla de ses bras la jeune belette, qui elle aussi paraissait aux anges. [Elle pouvait. *.*] Bella douce et sincère ? Elle ? Alors ça, … c’tait une grande première. J’en étais pétrifiée, stupéfiée, clouée sur place, stupéfixée, stupéfixifiée, stupéfixixifiée. Ahem.

    La grande Bellatrix tenant entre ses pattes meurtrières une petite chouquette innocente. [Enfin… innocente… xD] Bah wui, c’est que notre tata n’a plus les pattes blanches depuis longtemps déjà. Ni ses jupons d’ailleurs. >.< [T’es bien placée pour dire ça toi. Hum.] Ouh, si ça se savait, sa réputation allait en prendre un coup. Et… la mienne aussi par la même occasion en fait.

    Je tenais également Ma chouquette entre mes mains. Oh, et puis, après tout. Ce n’était pas ma faute si celle-là m’inspirait… de la tendresse ? De l’amour ? De l’affection. Oui, c’est plus propice.

    Luka réussissait à m’apporter du réconfort. C’est étrange comme quelques minutes peuvent suffire pour éprouver quelque chose. A vrai dire, ça ne m’était pas arrivé depuis… *calculatrice* *sbaf* Ahem. … longtemps.

    La soirée donc battait son plein. Tout comme mon cœur qui ne cessait de cogner. [Maiiis quoi ! *baf*] Je ne parlais pas. Prononcer un mot aurait été qualifié de sacrilège. Non, je ne voulais pas être celle qui allait rompre l’instant de silence et d’émotion. Mais la tata parla. Et les chouquettes chantaient … ! *sbaff* *sbaff* & *double sbaff*

    Hann ! Tata elle a parlé. >.< Hum. Reprenons notre sérieux. [Si je le retrouve celui là… *regarde sous l’tapis*]. Elle répondit en fait à la demande de MA chouquette à mwa. [Ma mienne, tu es ma mienne, tu es ma mienne, tu es ma mienne. C’pas français, mais c’est bon quand même. Qu’on me maudisse, que l’on me damne, moi j’m’en balance, oui, j’prends tous les blâmes *.* *On a comprit*]


    - Mais, je ne pense pas rentrer dans la classification des gens normaux, mademoiselle Black, le serais-je, je serais probablement déjà morte.

    Comme je m’y attendais. Réplique des plus pertinentes de la part de ma chouquette. Onnn reeefait le match. Et la tata reprend le ballon. Et… c’est le buuuut ! *sbaff* Ahem. Je crois que je commence à perdre mon sérieux. >.< [Encore une fois. Fais pas attention chouquette, c’est l’heure. T.T]

    - Mais puisque nous sommes ici... Autant trouver quelque chose à faire ...


    Ah, c’tait une bonne initiative ça tata. Autant trouver quelque chose à faire effectivement. Toujours de bonnes idées. *.* [T’as… pas un peu l’impression de répéter. >.< *baf*]
    Luka répliqua.


    - et bien... Nous suivrons vos propositions mesdames.

    Hum… Occupation. Occupation… Ce n’était pas tache facile… Les mangemorts et les chouquettes n’ont pas les mêmes occupations. Heu… Ah, si, un point commun : les chouquettes. *.* Maiiiis… l’épicerie était fermée. >.< *pleure* La boulangerie est ouverte… ? ** Lovett ? Z’êtes là ? *.* *sbaff* [Arrête de raconter des conneries. T.T]

    Ahem. Hum. Double hum. >.< Mon post part en vrille là. Je vais le faire revenir sur le droit chemin de la raison. > ;< Enfin, le chemin passe encore, de la raison… ça m’étonnerait. *splash* Non, allez, sérieusement.

    Ma chouquette paraissait avoir froid. Elle tremblait. C’est mignon une chouquette qui tremble. Vous n’en avez jamais vu ?! Instinctivement, je me rapprochai encore plus d’elle. De son corps si fragile et si tremblant. [Je sais, je sais, je me répète. >.<] Je me mis dans la même position que ma tata quasiment. Je sentis le cœur de Luka battre à tout rompre, sa peau était froide et luisante. Ses yeux … de kirby, m’apitoyaient. Je me noyais dedans. Ahem. Je m’égare aussi en fait. Décidément. >.<


    - Je suis à votre entière disposition mes chouquettes.


    Je déclamai cette phrase d’un air ironique, un tantinet railleur, un sourire accroché aux lèvres. Que dire de plus ? Je n’avais pas d’idée, alors… je laissais faire les autres. >.< *sbaf* Hum… En effet, j’me mouille pas moi. *.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Ven 17 Juil - 1:59

    I see a red door and I want it painted black No colors anymore I want them to turn black I see the girls walk by dressed in their summer clothes I have to turn my head until my darkness goes I see a line of cars and theyre all painted black With flowers and my love both never to come back I see people turn their heads and quickly look away Like a new born baby it just happens evry day I look inside myself and see my heart is black I see my red door and it has been painted black Maybe then Ill fade away and not have to face the facts Its not easy facin up when your whole world is black

    Paint it black.


    Plus le temps passait & plus je me sentais heureuse. Heureuse. Cette affirmation dans ma bouche, ou dans ma tete faisait tout simplement peur. J’aurais aimé changer, dire que j’etais mauvaise, d’une humeur execrable et que le premier a croiser ma route perrirait sous mes coups, mais ce n’etait pas le cas. Bellatrix Black etait heureuse. Prenez note de ce mot. Et si j’etais heureuse c’etait grace a ma belle Bella. Qui portait merveilleusement bien son beau prenom. La Belle Bella au beau prenom…. Que de « b ». Alliterations… Non… assonances… Mais quels sont ces serpents qui sifflent sur nos tetes… Allez zou, on file revoir ses figures de style & plus vite que ça.

    ||>.<|| Aherm. ||>.<||

    & see my heart is black.

    Hum… Je m’egare… [& on y part quand ? ¤ sbaff ¤ ].Grace donc, je dois le dire a ma chouquette. Cette Bella, mysterieuse sylphide que la vie avait mis sur mon chemin. Cette vampire aux doux yeux [qui malheureusement pour elle ne sont pas gris… Fantasme des yeux gris… ¤ sbaff ¤ Ils sont tres bien tes yeux ma chouquette. ^.^]. Qui avait croisé ma route et que je considerais comme une fille, une friandise, une amante ou bien mieux… || ou bien pire ||. -.-

    J’avais gouté a ses levres & l’ardeur qu’elle mit a repondre a mon baiser me fit fondre. Pourtant B.e.l.l.a.t.r.i.x. B.l.a.c.k. La seule & unique, psychotique & psychopathe, sociopathe & associale. Vous voyez le tableau... Aherm.

    Qu'importait. Je fondais donc. Mais je n'etais pas la seule. Alienor ne semblait pas en reste avec sa chouquette aux yeux gris. Elle la tenait tendrement dans les bras, presqu'aussi tendrement que je tenais ma belle. A chacune la sienne. La mienne semblait un peu plus vive et peut etre un peu plus docile... Moins grande gueule en tout cas...

    J'aurais peut etre du prevenir Ali non? Non... Elle aurait la surprise.

    Ali.. Ali... Prend garde... Luka est invivable.

    Non... Ca ne se disait pas...

    Pas comme ça du moins.

    Quoi qu'il en fut, je ne lachais pas ma Bella, et esquissais un sourire quand Luka prit la parole. Ah Luka... Divine creature,perle parmi les mortels, demone parmi les gentils... Mais ne dressons pas son portrait, je ne suis pas peintre ou ecrivain... Elle le fait trés bien pour moi.. >.<

    [b}- et bien... Nous suivrons vos propositions mesdames [/b]

    Elle avait du culot. De la fougue, de la force. Et en temps normal je l'aurais jugée comme l'adversaire ideale. Mais pour l'heure elle etait dans les bras de ma camarade de chasse, et dans les miens tronaient une jeune femme chamante. Que rien ne viendrait blesser tant que j'etais la.

    # Nothing 's gonna harm you... Darling..... #

    Ahem...

    Luka avait donc suggeré que nous trouvions quelque chose a faire, et Alienor dans sa grande gentillesse me laissait decider. Elle... je la clouerais sur place un de ces jours... Que faire ? D'ailleurs si je le savais... Et bien je ne serais pas la. Au fond de moi, je crois que j'avais envie de profiter encore etencore de la presence de Bella...

    - Nous pourrions aller dans un endroit plus tranquille pour commencer. Ou bien... Partir en chasse... Ou peu m'importe. Je vous laisse maitresses de la situation mesdemoiselles, tant que nous nous amusons.

    Leger sourire sadique sur mes levres, je me penchais un rien pour embrasser ma chouquette. Oh.. IL y'avait Alienor qui pouvait voir, mais dites moi que cela la genait... Je ne vous croirait pas...

    Tss. [/left][left]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Ven 17 Juil - 2:59

" Aimer à perdre la raison. Aimer à n'en savoir que dire. A n'avoir que toi d'horizon. Et ne connaître de saisons. Que par la douleur du partir. Aimer à perdre la raison. Ah c'est toujours toi que l'on blesse. C'est toujours ton miroir brisé. Mon pauvre bonheur, ma faiblesse. Toi qu'on insulte et qu'on délaisse. Dans toute chair martyrisée. Aimer à perdre la raison. Aimer à n'en savoir que dire. A n'avoir que toi d'horizon. Et ne connaître de saisons. Que par la douleur du partir. Aimer à perdre la raison. La faim, la fatigue et le froid. Toutes les misères du monde. C'est par mon amour que j'y crois. En elle je porte ma croix. Et de leurs nuits ma nuit se fonde. "


    Bella avait donc posé le sujet sur le tapis. [Hum… -.-]

    Spoiler:
     

    Nous étions donc toutes … *compte sur ses doigts* *sbaff* quatre. >.< Ali s’était rapprochée de Luka et l’enlaçait comme Bella m’enlaçait moi. Adorable. Ah oui, ça aurait fait un magnifique tableau… Quel dommage de pas savoir peindre. J’aurais immortalisé l’instant magique. T.T Hum. Passons.
    Luka paraissait frigorifiée. Pour un peu, on l’aurait mise au frigo, pour la farcir de tourte et la manger à midi. [Ham ; où tu t’en vas belette… ? o.O] Je pars en vrille. M’égare. Égarons-nous. *.* [Owii ; on y va quand tu veux ma belle *.*]

    Donc, je disais. Luka avait l’air gelée. Moi, ça allait. Faut dire, j’avais ma bouillote. Bella est plutôt rembourré, c’est consistant comme manteau. *.* *re-sbaff* Ahem. Je crois que je suis fatiguée en fait. <. < Je vais me taire. [Oui, ça vaudra mieux, il me semble.]

    Que dire, que faire ? Là était la question. LA question fatidique. J’avais tenté une première fois de passer mon tour. [Banque ! *sbaff* *tg*] Mais la roue avait vite tourné et le vent me la ramena en pleine face. Luka avait elle aussi éludé la question. Ali de même, vint le tour de Bella qui la détourna habilement ceci dit. Ah, elle est intelligente ma grande chouquette hein ?

    Je n’allais pas chercher d’échappatoire tout le temps, fatalement, ça allait me revenir, comme un boomerang. Mais que faire ? Rah ! Alors… Tourtes ? Ouvrir une fabrique de tourtes ?! Aller galoper sur les chevaux sauvages de l’Ouest du Texas ? Plongée sous-marine dans les lacs du Connemara ? Ahem. Je m’égare encore. >.< [Maiiiis, bon sang, j’veux y aller mwa. *.* *sbaff*]

    J’étais toujours blottie contre Bella, dans ses bras. *.* Je n’en bougeais pas. Je savourais l’instant. A pleines dents. [C’est le cas de le dire. -.-] Tiiiens, en parlant de dents… J’avais une petite soif. >.< Mais je n’allais pas la déranger pour si peu… Alors, je ne dis rien. Pour l’instant. Luka dans les bras de Sa chouquette à elle, moi dans ceux de la mienne, tout coulait de source à vrai dire. Les bras de celle que personne n’osera toucher sous peine de finir égorgé ou éviscéré.

    [ Demons'll charm you with a smile, for a while, but in time... Nothing can harm you. Not while I'm around... ] Ahem. Je continue ? *.* *sbaff*

    Belle soirée. Enfin, belle nuit plutôt. Je me demandais comment en serais l’issue. Et… L’issue venue, comment réagir si je recroisais ma chouquette plus tard. Je rêvais éveillée, oui ça devait être ça. *.* Mais dans un rêve,… les lèvres de Bella ne sont pas miennes … et elles n’ont pas un aussi bon goût. Hum. Oui, elles étaient tellement sensuelles, tellement… Bref. Je vais pas recommencer, je crois qu’on a compris. >.<

    Je devais vraiment faire un tour à l’infirmerie moi… Je ne m’en étais toujours pas remise. Bref. Mais j’étais heureuse aussi. Je ne trouvais pas d’autres mots. Oui, heureuse. Moi qui ne l’avais pas été depuis longtemps. *.*

    Elle se baissa. [Qui ? … Bella ! Roh. >.
    Mais je répliquais tout de même. Fixant avec des yeux implorants mes deux mangemortes...


    __ Voudriez-vous m’emmener… Nous emmener si Luka est partante, … chasser … ?


    Ce fut la première chose qui me vint à l’esprit. Je ne trouvais rien d’autre. J’aimais chasser. Les centaures. J’avais envie, en tant que future mangemorte, d’un peu plus d’adrénaline. Je voulais frissonner, torturer, tuer. <.< Oulà… influence néfaste de la tata. *sbaff* Qui a dit néfaste ? Hum. Bonne influence au contraire. *.* *re-sbaff*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Ven 17 Juil - 3:28

    ♬ I walk a lønely røad The ønly øne that I have ever knøwn Døn't knøw where it gøes But it's høme tø me and I walk aløne
    I walk this empty street Øn the Bøulevard øf Brøken Dreams Where the city sleeps and I'm the ønly øne and I walk aløne
    I'm walking døwn the line That divides me sømewhere in my mind Øn the børder line Øf the edge and where I walk aløne
    Read between the lines What's fucked up and everything's alright Check my vital signsTø knøw I'm still alive and I walk aløne


    Alienor m'avait prit dans ses bras.

    Alienor m'avait prit dans ses bras.

    A l i e n o r m' a v a i t p r i t d a n s s e s b r a s ...

    ALIENOR M'AVAIT PRIT DANS SES BRAS.

    >.<

    Non. Je ne m'en remetais pas. Le baiser. Ses mains sur mes epaules... Mais de la a me retrouver enlacer. Non. Non. Non. Je mordais trés fort ma levre inferieure jusqu'a la faire saigner pour verifier si ce n'etait pas un reve. Et la terrible souffrance, suivi d'une grimace... Me montra que non, ca n'en etait point un.

    Aouch. Mais ça faisait mal... oh.. J'esperais que le sang qui coulait desormais de mes levres n'attire pas Bella, la Belle Bella. La chouquette Belette... Lapinette... Hum... Quoi que j'aurais pu lui laisser... Mais non. Je n'etais qu'a Alienor. Qu'a Elle... Ou pas... Exclusivement... Oh... Tellement de choses me passaient par la tete a ce moment la... Ce moment precis...

    & take me to the magic of the moment of the glory night....

    Hum...

    Du coup, je m'en suis perdue... Mais a force de m'egarer.... Parfois je me retrouve.

    - Je suis à votre entière disposition mes chouquettes.

    Outch. Le ton railleur d'Alienor dans les bras de la quelle j'etais blotti, me stupefia, et je restais un temps silencieuse. Osant esperer que quelqu'un parle. Et Bellatrix le fit. Detournant habilement la conversation, tendant la perche a quelqu'un d'autre... Et dans ce match a quatre, ce fut Bella qui recut la balle.

    __ Voudriez-vous m’emmener… Nous emmener si Luka est partante, … chasser … ?

    Chasser... Je n'avais pas de mal a comprendre ce mot... Mais je ne pouvais accepter. J'etais non violente. J'etais folle mais loin de leur cruauté. Et je n'aurais pu supporter. Non. Mes esprits me revenaient peu a peu. J'etais... dans la gueule du loup, et je ne ... Oh.. par tous les dieux, comment allais-je faire ?

    - Je ne sais pas.

    Leger moment de reflexion, mon cerveau marchait a cent a l'heure.

    - Je devrais peut etre retourner a Poudlard.

    Un soupir. C'etait de loin, la pire de mes idées, mais non. Non. Non. Non. Non. Je ne voulais pas aller chasser... Et pourtant j'aimais la compagnie...Oh..

    Un soupir. Deux soupir; Je reflechis. Je pense. donc je suis. Cogito... Etc... *sbaff*

    Sur le droit chemin Luka on a dit.

    - Ou bien....

    Me degageant un peu de son etreinte, tout en restant contre elle, je lancais un regard a Alienor.

    - Allez vous partir chasser vous aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Ven 17 Juil - 5:45

    —• Petite furie, tu dis que la vie
    C'est une bague à chaque doigt. Au soleil de Floride, moi mes poches sont vides. Et mes yeux pleurent de froid. Je viens du ciel et les étoiles entre elles
    Ne parlent que de toi. D'un musicien qui fait jouer ses mains. Sur un morceau de bois. De leur amour plus bleu que le ciel autour.



    —• Un peu spéciale, elle est célibataire. Le visage pâle, les cheveux en arrière. Et j'aime ça. Elle se dessine sous des jupes fendues. Et je devine des histoires défendues. C'est comme ça. Tell'ment si belle quand elle sort. Tell'ment si belle, je l'aime tell'ment si fort. Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue. Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu. Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue. Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu. Un peu larguée, un peu seule sur la terre. Les mains tendues, les cheveux en arrière. Et j'aime ça. A faire l'amour sur des malentendus. On vit toujours des moments défendus. C'est comme ça. Tell'ment si femme quand elle mord. Tell'ment si femme, je l'aime tell'ment si fort. Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue. Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu. Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue. Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu. Son corps s'achève sous des draps inconnus. Et moi je rêve de gestes défendus. C'est comme ça. Un peu spéciale, elle est célibataire. Le visage pâle, les cheveux en arrière. Et j'aime ça. Tell'ment si femme quand elle dort. Tell'ment si belle, je l'aime tell'ment si fort.



    || .:: L u k a . j e . t ’ a i m e . U n . f u t u r . s a n s . e m b l ê m e . J ' a i . s i . p e u r . d e . t ' a i m e r ... ::. ||

    « Nous pourrions aller dans un endroit plus tranquille pour commencer. Ou bien... Partir en chasse... Ou peu m'importe. Je vous laisse maitresses de la situation mesdemoiselles, tant que nous nous amusons. »

    Oui, comme nous le disions auparavant. La tata avait mis le sujet sur le tapis. Il aurait été logique qu'elle propose une activité des plus... réjouissantes pour nous occuper comme nous savions si bien le faire. Mais non. Questions éludées, détournées etc. étaient au menu de cette nuit. Et moi, je n'avais pas d'idées non plus. Moi, je suis. C'est bien simple. Je suivrai le mouvement. Voilà. Mais c'était une belle remarque qu'avait fait Bella là. S'amuser, j'étais d'accord. Entièrement d'accord, à 300 %. Endroit plus tranquille, j'étais également pour. Partir en chasse... Pourquoi pas ? Mais ça m'aurait embarrassée de devoir y trainer les deux petites chouquettes. Non pas parce qu'elles me gêneraient, mais pour le danger. Puis, c'est pas pour les enfants la chasse et la torture. >.< En en parlant... J'ai un petit creux moi. *.* *sbaff* Non, c'est bon, je me tais. -.-

    La jeune Bella avait reçu la perche. De toute façon, il aurait bien fallu que l'une de nous se décide... J'étais contente, c'tait pas tombé sur moi. D'habitude, la veine je n'en ai pas, et ma légendaire malchance me poursuivait souvent. Nous cherchions une occupation. Oui, je répète. >.< Nous attendions sa réplique. Elle vint alors. Mais elle me coupa le souffle. Je ne m'y attendais pas à vrai dire et sa proposition me surprit. Mais je m'appliquai à ne rien laisser paraître sur le coup. Oui, vivre en mangemort, c'est tout d'abord savoir tenir sa langue, même lorsque celle-ci nous démange. Savoir tenir sa baguette également. Surtout en face du seigneur des ténèbres. A h e m . Ouh ; en relisant, je trouve qu'y a beaucoup de sentiments dans ce post. <.< Hum... Passons. J'suis fatiguée. T.T Ah, c'tait pas à dire, excusez mwa. Bref.

    « Voudriez-vous m’emmener… Nous emmener si Luka est partante, … chasser … ? »

    Oh… Belette ? L’emmener chasser… ? Les emmener chasser ? Justement, j'y songeais plus haut. La réponse demandait réflexion tout de même. On n’emmène pas n’importe qui à nos ébats jeux… nocturnes et cruels. Jeux dangereux en plus de ça. Certains collègues y avaient laissé leur peau, j'étais témoin. Et Bella aussi d'ailleurs. Pour la pure et simple raison que c'était nous les meurtrières. *sbaff* Non, prenez pas peur, c'est pas vrai. C'était pour vérifier que vous suiviez bien. ^.^ Sans compter nos... collègues de boulot, les innocents. Les victimes. Celles que nous prenions un malin plaisir à torturer longuement et assidument. Celles qui osaient nous supplier de les achever. Celles qui ponctuaient nos vies de vil plaisir. Heu. Je fais un peu peur là non ? <.< Enfin, c'est une vie. C'est une vie de mangemort, c'est notre vie. Pour en revenir (enfin) à notre sujet, parce que là, je sens que si on ne m'arrête pas, je blablate et déblatère encore pendant des siècles, voire des décénies. Oui, un siècle c'pas assez. Trop court. >.< Ahem. Mais pas question. Pas question d’entraîner, en plus du destin, ma chouquette là dedans. Quoique… Effectivement, j’avais envie de chasser. Et l’idée de chasser avec des petites chouquettes me faisait sérieusement envie. Résiste Ali. Résiste. Résiste. >.< Tu peux le faire. You can do it, Aliii. Yes, we did it. Ahem.

    Il n’empêche. A la réflexion de Bella junior, je compris qu’elle aussi se trouvait du mauvais… enfin, tout est relatif ; côté de la barrière. C’t’à dire du seigneur des ténèbres quoi. Y faut un dessin ? > ;< *sbaff* Hum. Pardon. Ah, une future recrue parmi nous. La soirée devenait intéressante. Mais Luka. La mienne à moi, ne paraissait pas chaude pour l’expédition en revanche. Gentille chouquette littéraire aux yeux envoûtants. Aux yeux de l'amour. Ahem. Je me noies, pour changer des égarés. >.< Oui, Luka était bonne. Du moins, ce fut mon impression en la voyant. Tout le monde ne peut pas s'appeler Bella. *sifflote innocement* [Ah, enfin quelqu’un de bon et de sensé. *.* *sbaff*] Ahem. Ça faisait une belle brochette en attendant. Le bon, la bête et les truands. Le bon ; Luka. La bête… Bella junior ; les truan…(des ?)… Ahem. On s’pose la question. C'les tatas les truandes. <.< Bwarf. Bref. J’en reviens donc à mes chouquettes.


    « Je ne sais pas. »


    Aie. La plupart du temps, vient ensuite le « nom » froid et distant. Ma chouquette ne semblait pas branchée. Mais alors, vraiment pas. Ses expressions le laissaient paraître. Mais elle ne dit pas non. Sans dire oui non plus, remarquez… Hem. Oh, Luka, j’aurais bien aimé chasser à tes côtés. *.* Non, pardon, je me reprends. Visiblement, ça ne la tentait sincèrement pas. Insister ? Renoncer ? Elle faisait ce qu’elle voulait après tout. Je la laisserai en vie de toute manière. En parlant de vie, je n'avais pas à vouloir contrôler la sienne. Qui étais-je pour ça ? Rien. Personne. Je ne suis personne. <.< L'air se faisait de plus en plus frais. Luka tremblait. Je tremblais pour elle. [Hann, comme c'est beau. *.*] Ali, tu t'lances dans la poésie quand tu veux. [Tais toi u.u] Bah, c'que j'en dis c'juste pour aider. Oulà, je me parle toute seule... Chouquette ? Prends pas peur, on va mettre ça sur le compte de l'heure tardive. >.<

    « Je devrais peut-être retourner à Poudlard. »


    Oh, déjà… ? C’triste ça. T.T *pleure dans ses jupons* Buhu. *baff* Il n’était pourtant pas si tard au fond… [Quelle heure à ce propos… ? … oh ! Un peu plus de… minuit ? >.< L’est pas tard, l’est tôt. ^.^ On a toute la nuit. Ou toute la matinée. Subtilité de la langue française… épicurienne ? *sbaff*.]Ahem. Quoi, elle est à… croquer cette chouquette. Oui, voilà, c’est le mot.Néanmoins, il est vrai que nos deux chouquettes devaient être de retour au château avant le lever du jour, autrement, c’tait ce bon vieux Snape qui allait leur tomber dessus. >.< Et ça fait mal. Bwarf. x.X Oui, c'est du vécu. Je suis on-ne-peut plus sérieuse. Ah là là. Quand on crie au loup... J'étais triste de devoir quitter Luka. Ou plutôt, de la laisser partir. Parce que moi, je ne partais pas à Poudlard, dieu soit loué. Je retournais dans ma tanière. La cabane hurlante, en colocation avec la tata Bella ici présente, et ses tourtes. Ne vous méprenez pas, j'aime les tourtes mais... *sbaff* Allez, un peu de sérieux si c'est possible. [Et si c'est pas possible ? o.O]

    « Ou bien.. […] Allez-vous partir chasser vous aussi ? »

    Ah. Luka s’était redressée. Elle levait vers moi ses yeux GRIS de kirby devant lesquels je ne pouvait que craquer. Ou craqueler plutôt… Bref. C’était à moi que c’était adressé donc. [Oui, roh >.< t’es bête Ali.] Ma bouche se fendit d’un sourire, tandis que je caressai tendrement [heiiin ? o.O… aurais-tu fais un lapsus ? … non. Pas à ma connaissance. Ouh, c’est grave. >.< *sbaff*] sa tête ; effleurant ses cheveux.Je ne savais pas quoi lui répondre. [Envoies la balle à la tata !!! *.* *tg*] Hum… Je craignais de la décevoir en lui disant oui. Mais je ne voulais pas en être séparée. T.T Rah ! Cruel dilemme. C’que la vie est tragique. <.<

    « Ça me tente bien … mais pourquoi te laisser ici toute seule ? »

    Au fond, quoi ? Je ne laisse pas MA chouquette toute seule la nuit. En proie aux méchants [>.<], aux tourtes volantes, aux tatas psychopathes et autres bestioles de cet acabit. *.* Ahem. J’attrapai ma chouquette par la taille et la soulevai pour la prendre dans mes bras. Oui, je suis encore souple et j’ai de la force. >.< Qui a dit le contraire ? *sbaff*Je commençai à m’aventurer, la chouquette dans les bras, vers une ruelle. Pas la même que celle où nous avions… échangé un bref baiser, une autre. Trop bref baiser soit dit en passant. Enfin. Je me retournai, la déposai sur le sol, puis attendit que les Bellas nous rejoignent. En attendant… il faisait noir… Plus de… lampadoréverbère. Plus de témoins. Que Luka & mwa. Que Luka & sa folle. Que Luka & SA psychopathe. J’étais à elle. Une idée me traversa l’esprit.

    Non, pas la violer. Enfin, c'est quoi ces pensées sordides ?! *tête d'ange* Je ne suis pas comme ça , pour qui vous m'prenez là ?! [Pour une folle cinglée. >.< Ahem.] <.< Esprit malsain va. … Quoique…. *triple sbaff* Hem. Mais non enfin j'ai dis. Je me penchai de nouveau pour l’embrasser. Mais cette fois plus ardemment que la première fois. Plus fougueusement. J'y mis plus de cœur, voilà, c'était l'expression que je recherchais. [Et que je trouvais pas. >;< C'est l'âge... c'est l'âge... et c'est l'heure aussi. ^^"] Bref. La pluie tomba à cet instant précis. [Comme par hasard. -.-]. De fines gouttelettes glacées s'abattirent sur nous. Les Bellas étaient en retrait. Derrière nous. Enfin, elles n'avaient toujours pas décollé de l'endroit où on les avait laissées visiblement. Tant pis... Tant mieux ? *.* Hum. Romantique certes. Mes lèvres humides la désiraient. Moi aussi, je la désirais. [Ouh, arrête-toi là Ali. >.< *tg* A h e m. Non, vous en faites pas, ça ira pas plus loin… du moins, pour l’instant… et devant vos yeux.

    Mais qui sait c’qui se passe dans les coulisses hein ? Haha ! Ahem. Les gouttes ruisselaient le long de sa joue. Je voyais les mèches de ses cheveux se gorger d’eau, tandis que je l’embrassais. Mon cœur battait. Je fermai les yeux. Pourquoi ? Bonne question. *splash* Hem. Peut-être… Pour ne garder dans l’esprit que cet instant… Pour oublier le reste. Pour oublier la ruelle, les belettes, les tourtes volantes et les tatas. Pour oublier tout ce qui ne touchait pas à ma chouquette. Moi, capable de sentiments ? Qui l’eut cru ? … Hum…


    « S'il te plait... , reste avec moi. »

    Je murmurais. Je ressemblais à mon tour à un Kirby. A un … vieux Kirby. *sbaff* Ahem. Quoi ... tentative de corruption sur une chouquette.. ? >.< Peuh. Foutaises. Je la prends par les sentiments. *.* *sbaff* Luka… Luka, je… Luka je crois que je t’aime. J’aurais voulu qu’elle reste à mes côtés pour toujours. Mais elle, gentille, bonne élève et écrivain, aspirait sans doute à une vie moins turbulente que la mienne. Je ne pouvais pas la forcer à devenir mauvaise. D’ailleurs, c’était peut-être ce qui m’attirait chez elle. Qui se ressemble, s'assemble. Mais les contraires s'attirent. En tout cas, c'était ma théorie à moi. D’abord elle était belle, oui certes. Mais tellement intelligente, cultivée, et littéraire. Talentueuse aussi. Pertinente et sensible. Luka, je t’aime. Je suis une mangemort, ça ne peut aboutir à rien. C’est beau l’amour lorsque ça n’aboutit à rien… Parce qu’on n’est pas déçu. Les illusions n’existent même pas. Pourquoi les inventer ? … Luka, je t’aime.

    Il était une fois... deux grandes chouquettes en quête d'un peu d'amour. Et d'amour à revendre. Par le plus heureux des hasards, le destin voulu mettre sur leur chemin escarpé deux petites chouquettes, dont une aux yeux GRIS acier et au regard envoûtant, Luka Van H. ; l'autre convertie en mini BN. ; et aux canines aiguisées, Bella Steward. Les deux tatas furent comblées. A daté de ce jour, on note une nette amélioration en c'qui concerne leur psychologie. Adoucies. Mais un peu, et peut-être provisoirement. Nous redoutons les perturbations. >.< *sbaff* Elles vécurent heureuses accompagnées de leurs chouquettes respectives, et eurent beaucoup de... *re-sbaff* Ahem. ^.^

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Sam 18 Juil - 23:13

    Ce n’est pas du rimel sur mes yeux, ni du rouge a mes levres, c’n’est pas c’que tu crois. Ce n’est pas ma robe qui vole un peu, ni ta veste sur mes epaules, non c’est pas c’que tu crois.
    Je ne t’aime pas. Je t’aimebien.

    Chanson d’Ami.


    Ce n’est qu’une chanson d’ami, d’ami pas d’amour….
    Je ne t’aime pas… Je t’aimebien.



    J’etais la tu vois… >.< Excusez moi j’ai loupé le debut.*a rayer*

    La lune solitaire continuait de briller dans le ciel etoilé, et nous etions tou[r]tes la, encore stoiques dans la rue principale de Pré Au Lard. Les panneaux voletaient au vent, et a part les grognements de quelques chats errants, il n’y’avait rien. Nous etions seules. La nuit etait a nous. La nuit etait a elles… Le Vent se leve… Profitons en.

    C’etait notre nuit, celle des reves cachés, des fantasmes inavoués, La nuit des realisations. A chacune sa chouquette, Alienor semblait sentimentalement atteinte… Et je ne pouvais pas dire que je ne l’etais pas.

    Oh Bella… Je ne t’aime pas… Je t’aime…bien.

    Comme ils disent.

    Et Bella justement, elle parlait la petite. Ma lapinette, Poupinette ma belette, ma cherie, mon diamant, mon nouvel oxygene. Elle. Elle s’exprimait, et je ne desserais pas mon etreinte autour de son frele corps.

    __ Voudriez-vous m’emmener… Nous emmener si Luka est partante, … chasser … ?

    Chasser ? Ma Belette… Ma cherie… [Tu te repete Tata], voulait aller chasser. Mais… C’etait une excellente idée. Avant de parler tout de meme je regardais Aliénor. Elle tenait sa chouquette elle aussi. Oui… A chacune la sienne.. Oh Ali… Si tu te voyais… Si nous nous voyions… avec nos deux freles creatures dans les bras. Si le seigneur des tenebres savait ça. Si Ils savaient ça…
    Notre petit secret…

    Oh Bella….

    J’esquissais un sourire alors que Luka semblait hesiter. Peut etre avait elle comprit enfin avec qui elle etait, deux folles meurtrieres et l’une de leurs emules. Luka… Petite Luka… Ce n’est pas ton monde que celui la. Tu es faite pour une vie de lignes et de mots, une vie ou par tes ecrits tu changera le monde, tu n’es pas faite pour nos vies, ou bien pour nos guerres. Fuis. Cours. Tant qu’il est encore temps. Luka… Pars… Quitte nous… Abandonne l’idéalisme propre a ta jeunesse et fais ta vie ailleurs. Cherche d’autres bras Luka… Des bras plus rassurants. Pars. Laisse nous entre folles.

    Oh…

    Mais je m’egare. Ce n’est pas a moi de lui dire tout cela. Elle avait fait son choix, et si son choix etait Alienor, que pouvions nous y faire. J’avais vu la petite a l’œuvre, elle pouvait chasser, je le savais. Je… Mais qu’importait après tout. Ce n’etait pas mon probleme, ce n’etait pas mon mouton blanc.

    « Ça me tente bien … mais pourquoi te laisser ici toute seule ? »

    La soirée a vrai dire, toute entiere me surprenait, mais la … C’etait le summum, l’apogée, le paroxysme, le pompom.. Que lisais-je dans les yeux d’Alienor, etait ce une once de tendresse ?

    Pas un mot… Bella… Il devait y’avoir la meme quand je regardais ma perle. Oh Bella… Non… Ce n’est qu’une chanson d’ami… D’ami pas d’amour…
    .
    Je ne t’aime pas… Je t’aime… bien.

    & Alienor attrapa sa belle dans ses bras pour l’emmener je ne sais où. Moi, je restais avec ma douce. La mienne. Celle qui resterait intouchée par les viles personnes qui nous entourent. Ma Bella. Ma fille. Ma … MA. MA chouquette.

    - Bella, attends.

    J’etais serieuse, et je la tenais toujours dans mes bras, la retournant rapidement de maniere a ce qu’elle me fasse face. Nous etions seules a present. Elle et moi. Nous deux contre le reste de l’obscurité. Le reste du monde. Ele. Et moi.

    Je me baissais un rien, pour deposer un baiser sur son front en caressant sa joue, puis a nouveau je goutais a ses levres, en un doux et chaste baiser. Les baisers que je reservais a … aux gens que j’aimais sincerement. A vrai dire, elle etait la seule jusqu'à present, et elle le resterait probablement.

    - Je veillerais sur toi, mais ne fais pas d’imprudence.

    J’avais dis ma derniere phrase a demi mots, a voix basse. J4etais inquiete. Oh, cela se voyait, elle avait l’experience, et puis, elle etait vampire. Mais, je la protegerais de tout. Une simple chute pouvait lui faire tant de mal….

    Oh bella… Ma Bella…

    Je ne t’aime pas…. Je t’aime

    … Une chanson d’amour…


    Et ça fait rien… ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Dim 19 Juil - 2:16

    Bella… Je suis une chouquette et je vous aime.


    A première vue… Lukette Chouqua ne voulait pas aller chasser. Chouquette Luka, pardon. >.< Elle qui avait encore sa conscience pour elle, elle avait bien de la chance… La mienne… Etait partie sous les décombres de mon subconscient le plus intime. Ouh… Je ne sais pas si ça veut dire quelque chose ma phrase là. >.< Hum. Je la mettais de côté, dirons-nous. Oui c’est plus simple comme ça. Je m’emmêle les pots de peinture ce soir. Enfin, les pinceaux. Nous disions donc. Luka avait encore une conscience. D’ailleurs… Que faisait-elle parmi les louves déglinguées cette nuit ? Bellatrix. La sadique notoire, Ali, la mangemort dépressive et Bella Junior, la chouquette hystérique… belle brochette. Et Luka… ? Gentille, bonne, cultivée petite chouquette. Inoffensive. Enfin, inoffensive, j’en sais rien. Mais elle ne m’a jamais fait de mal à moi en tout cas. Comme je ne lui en ai jamais fait non plus. Effectivement… Que faisait-elle parmi nous ? [Je me répète aussi.. >>.<< Oui, je sais, mais j’aime ça.]


    Bulle de chagrin. Boule d´incertitude. Tant de matins.
    Que rien ne dissimule. Je veux mon hiver. M´endormir loin de tes chimères.

    Je sais bien que je mens. Je sais bien que j´ai froid dedans. Bulle de chagrin.
    Boule d´incertitude. De nos destins Nait que solitude.

    Tu dis qu´il faut du temps. Qu´aimer n´est pas un jeu d´enfant.
    Je sais bien que tu mens. Mais je suis si seule à présent.


    En parlant de Luka… Je flairai son sang. Un sang visiblement pur. Pur, sang de Serpentarde convertie en gentille Serpentarde. Je fus attirée. Il me sembla que mes yeux viraient au quasi-rouge, quant à mon regard, il se vida de toute expression. J’en avais envie. Mais je me contrôle encore. Encore… De toute façon… Je ne voulais que celui de Bella. Il n’y avait désormais qu’elle qui avait droit à mes dents. Et à mes lèvres. *sbaff* Ahem. Quoique les lèvres… Je les avais déjà offertes à d’autres, mais… jugeons chez les mangemorts, elle était la seule. La seule qui ne me pulvérise pas sur place juste après en fait. >.< Pour ça, je lui étais éternellement reconnaissante. Et… Bella… Oh, Bella.

    Fantasme ambulant. Rêve érotique éveillé. Hum… Y a-t-il des mineurs dans le coin ? Je me reprends.

    Mais… Mais… Maiiiis… Han, Luke Luka, reste avec nous… Elle voulait fuir la chouquette. Elle voulait retrouver les… doux draps de Poudlard. Et les tourtes par la même occasion. Même si pour les tourtes,… Bellatrix les fabrique mieux que personne. Bref. Brebis au milieu des louves, c’n’était peut-être pas totalement idiot de se faire la malle. Sachant que les scènes qui allaient probablement suivre ce post seront d’une… violence indescriptible et d’une cruauté sans borne. Merci aux mineurs de bien vouloir détourner leur regard et cliquer sur la petite croix en haut à droite. Autrement dit… Les documentaires sur les langoustes vont pleuvoir. Nous serions obligées de censurer. >.< Hum… Je crois que je craque un peu cette nuit moi. Ne fais pas attention.


    « Je ne sais pas. »

    Eh bien, je sais pour nous deux. Faillis-je répliquer. Non pas que de me retrouver seule brebis entre deux chouquettes m’impressionnait. Mais j’aurais voulu avoir Luka à mes côtés. Elle était libre. C’était ça. Sa force au fond. Sa force, … c’est sa liberté. Son indépendance. Elle décide, elle vit, elle fait. Elle fait ce qu’elle veut, où elle veut, quand elle veut. Ahem. Contrairement à moi, qui m’imposais mes limites. Mais c’est beau de vivre comme ça. J’aurais donné quelques années de ma vie pour lui ressembler. Bon. Bella, arrête tout de suite ta psychologie de bazar, … ça fait peur. >.< [Maiiis… T.T]

    « Je devrais peut-être retourner à Poudlard. »

    […]

    « Ou bien… Allez-vous partir chasser vous aussi ? »

    Tiens. Luka semblait attendre Ali. Elle la voulait. Personnellement, ça ne m’aurait pas posé problème… Tant que j’avais la mienne… Elle pouvait avoir les autres. Heiiin ? Quoi, je suis possessive ? Noon, exclusive, j’ai dit. >.< Je lisais sur le visage d’Aliénor une tendresse qui ne ressemblait pas aux mangemorts. Non. Mais alors. P.a.s . d.u . t.o.u.t . C’était particulièrement particulier. [-.-] comme situation. Bellatrix tenant son biscuit BN. dans les bras, et Ali chouquette qui tenait Luke Luka dans les siens. [Effectivement, t’as raison Bella, si le seigneur voyait ça… ^.^] Je ne disais rien. Encore une fois. J’avais proposé, à elles de continuer. Où est le sujet Bella ? Sous le tapis. >.< Ahem.

    Ainsi soit Je. Ainsi sois Tu. Ainsi soit Il.
    Ainsi moi je. Prie pour que Tu Fuis mon exil. Mais quel espoir Pourrais-je avoir Quand tout est noir?
    Ainsi soit Je. Ainsi soit Tu. Ainsi soit ma vie.

    Tant pis.



    « Ça me tente bien… Mais pourquoi te laisser ici toute seule ? »


    Sur ces bonnes paroles emplies d’amour et d’affection,… Ali entraina sa chouquette dans une ruelle. Ne pas chercher à savoir ce qui se passa entre elles. Après tout, ça ne me regardais pas. J’étais même très mal placée pour ça. Toujours était-il que… nous nous retrouvâmes seules. Bella & mwa. Bella & Bella. Nous. Chouquettes aussi folles l’une que l’autre. Le vent animait… nos jupons ? *sbaff*

    Hum.


    Bulle de chagrin. Boule d´incertitude.
    Deux orphelins. Que le temps défigure. Je voudrais mon hiver.
    M´endormir loin de tes chimères. Tu sais bien que je mens.

    Tu sais bien que j´ai froid dedans

    Ainsi soit Je. Ainsi sois Tu. Ainsi soit Il.
    Ainsi moi je Prie pour que Tu Fuis mon exil.

    Mais quel espoir Pourrais-je avoir Quand tout est noir?
    Ainsi soit Je. Ainsi soit Tu. Ainsi soit ma vie

    Tant pis.


    Je l’aimais. Oh, oui, je l’aimais. Me voilà encore plus accro que je ne l’étais au départ. J’aurais voulu vivre pour elle. Parce qu’il n’y avait désormais plus rien que je lui refuserai. Ahem. Belette… tu t’égares. Maîtrise toi enfin, c’quoi cette tenue. >.< *baff*

    « Bella, attends. »


    J’attendis.

    « Je veillerai sur toi, mais ne fais pas d’imprudence. »

    Veiller… Quel beau mot. Je dus faire preuve d’une immense maîtrise de moi-même pour ne pas lui sauter au cou. Elle tenait donc un peu à moi ?... A moi ? A moi ? A moi ? Ahem. Oh, divine Bellatrix… Je l’aimais aussi. Et je la protège… ferai en sorte que rien ne lui arrive. Rien. Jamais. Le premier qui la touche, se retrouve en tourte. Je crois ne pas avoir à développer d’avantage. [Arrêête Bella, tu vas leur faire peur.] Elle se baissa,… pour m’embrasser. Je fus comblée. A cet instant, j’aurais pu mourir. Le temps pouvait s’arrêter, elle m’avait immortalisée. Parce que ça ne meurt pas ça. [Oh, c’est romantique. *.* *sbaff*] Puis… Je ne valais pas la peine au fond. Mais je ne luttai pas. Je répliquai aussi ardemment que la première fois. Je souris.


    « Il ne vous arrivera rien non plus... Bella... Jamais. »

    Murmurais-je à son oreille. C’est beau. Mes rêves.

    Bella… Je suis une chouquette, mais je vous aime. Tant pis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Dim 19 Juil - 18:38

    Comme tout le monde j'ai mes défauts, j'ai pas toujours les mots qu'il faut. Mais si tu lis entre les lignes, tu trouveras dans mes chansons, tout c'que je n'ai pas su te dire.
    Il y a des fautes d'impression, des "je t'aime" un peu brouillon, Malgré mes accords malhabiles, tu trouveras dans mes chansons, tout c'que je n'ai pas osé te dire.


    « Ça me tente bien … mais pourquoi te laisser ici toute seule ? »

    La question etait posée, Alienor en etait l'instigatrice, et moi j'etais la tu vois , elle a coté de moi... [Non, promis j'arrete d'ecouter du Zazie.]. Nous etions la donc, et je restais les bras balants, perdue dans les tourments de mes pensées. Mon esprit etait mon dedale, et le monstre cretique, le minotaure de celui ci etait mon cerveau, mes angoisses, ma morale peut etre... Et a cela il n'y'avait pas de heros destiné a me sauver. Qui serait mon prince charmant, ou plus mon heroine, car un prince fut il venu eut il trouvé porte close. Non, les hommes... Qu'importait. Il n'y'avait pas de heros pour moi, ni heros ni salvation. J'etais seule. Et j'etais destinée a le rester. Seule avec mes soucis ,mes ennuis et le fil de ma vie si obscur qu'une pale bougie n'aurait pu m'eclairer.

    Moi aussi je me perds, dans des sentiments contraires. Mais qu'y puis-je ? Qu'y pouvons nous ? La vie est de cette maniere.

    Tu trouveras... mes blessures et mes faiblesses celles que j'n'avoue qu'à demi-mot mes faux pas mes maladresses et de l'amour plus qu'il n'en faut.
    J'ai tellement peur que tu me laisses sache que si j'en fais toujours trop c'est pour qu'un peu tu me restes tu me restes ...


    Je restais donc un moment perdue dans mes pensées. Que repondre a cela. Je voulais partir avec elle. Mais chasser... Non, ce n'etait pas pour moi. Je connaissais la chasse comme une chasseresse la connait. Avec un arc... Mais ce n'etaient la que des fantasmes, des illusions un reve que j'avais vécu un jour... Mon passé. Mes idylles. Ici nous etions le present. Et le present est traitre, le futur est menteur, le passé lui... Ne ment ni ne trompe jamais.

    Alienor ne voulait pas me laisser seule. Etait elle mon heros. Heroine des temps modernes, obscure autant que j'etais limpide. Assassine autant que j'etais salvatrice. Moi, litteraire, genereuse, l'ame heroique de ceux qui veulent mourir pour les autres, Elle, Assassine, mangemorte, disciple d'un enemi de l'humanité. Elle etait comme mes parents, mais elle m'envoutait bien plus qu'eux. Elle.. Je .. Elle me fascinait, elle etait belle certes. Il n'y'avait pas que ça. Ses yeux. Son corps. Les courbes de ses hanches. Son port noble. Sa façon d'etre. Je l'aim...

    Ses bras autour de moi me firent cesser mes pensées. Elle me soulevait, m'emmenant dans une obscure ruelle. Differente de la precedente, mais tellement pareille. Bella & Bella ne bougeaient pas. Que faisaient elles ? Parlaient eles de nous ? Agissaient elles comme nous le faisions ? Mysterieuses ? Deviantes ? Originales & marginales?

    Il y en a d'autres que tu aimeras bien plus belles, plus fortes que moi

    & Comme dans un reve fou, a nouveau elle m'embrassa.Alors je ne pensais plus au reste. Je n'etais plus Luka Van H, Serpentard malgré elle. Il ny'avait plus cette belle Serdaigle que j'aimais a en perdre la raison. Non, ma raison ce soir je l'avais perdue avec une divine assassine.

    J'ai le coeur trop grand pour moi....


    Et quand la raison nous quitte tout parait different. Elle m'embrassait, je repondais avec fougue, avec passion, glissant une main dans ses cheveux. La pluie, la pluie fine, fit de nous un cliché, amoureuses eperdues sous la fine pluie de novembre. Loin du froid de decembre. Je tremblais, mais le froid n'etait plus. J'etais rechauffée, rechauffée par ses soins, rechauffée par son baiser. Son etreinte. J'aurais voulu qu'elle dure toujours. Mais elle etait une assassine, et ne changerait pas de vie pour moi. Je ne changerais pas non plus. Et un jour, meme si je partais du coté non sorcier, nous serions amenées a nous affronter dans un duel sans merci ou elle gagnerait car elle possede mon coeur.

    « S'il te plait... , reste avec moi. »

    Supplique de sa part, je n'y aurait jamais cru. Alienor. Doux prenom. Pourquoi est tu Alienor. Pourquoi suis tu sans faillir un sombre seigneur. La pureté du sang que represente elle pour toi ? Si tu veux tuer ? Tue ceux de ton especes, ceux qui font le mal et qui oppriment. Il y'a moins de joie a le faire, moins de plaisir, mais il y'a plus de gloire. Il y'a la satisfaction d'aider. Alienor. Ma douce Alienor... Pourquoi n'es tu pas de mon coté de la barriere ? Notre relation serait possible... Alienor... Douce Alienor... Pourquoi? Je t'aime.

    Un soupir, le baiser n'avait pas encore cessé que je sentais une larme perler de mes yeux gris pales. Alienor...

    Une main dans ses cheveux je la rapprochais de moi, et glissais mon autre main dans la sienne, entrelaçant nos doigts. Ne jamais la laisser partir.

    Cruel dilemne. Cruelle vie. Chasser ne m'engageait a rien. Ou a tellement de choses peut etre.

    - Je ne veux pas être separée de toi.

    Tellement plus dans ces paroles que le simple present. Ne jamais être loin d'elle. Quitter Poudlard n'etait pas un probleme, vivre en fugitive... Mais non. REves d'ado, de gamines, elle ne voudrait jamais de quelqu'un comme moi.

    Si je n'ai pas su te retenir, sache qu'il y a dans mes chansons tout c'que je n'ai pas eu le temps de dire.

    - Je.. Vais venir ce soir. Cette nuit. Mais rien ne m'engage a tuer n'est ce pas?

    Dernier soupir. J'avais cédée a mon coeur. Et je le regretterais surement.

    Le temps vous endurcit de tout des illusions, des mauvais coups si je n'ai pas su te retenir, sache qu'il y a dans mes chansons tout c'que je n'ai pas eu le temps de dire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Lun 20 Juil - 15:41

    [Hj ; l'autographe que tu as demandé à Super chouquette. J'avoue.. j'avais rien à faire. T.T *sbaff*]

    Spoiler:
     

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre. Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant. Que cette heure arrêtée au cadran de la montre. Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?

    S’il te plait. Aide-moi. Aime-moi. Aide-moi à t’aimer.


    Quel était cette impression de vertige qui m’enivrait peu à peu. ? J’osais espérer que mon baiser allait porter ses fruits. Luka était… ma vie. Mon Amérique. Une des rares choses de bien qui m’était arrivée jusqu’à présent. Je l’aimais. N’ayons pas peur des mots. Mais je l’aimais. A en perdre la raison aussi, d’ailleurs. A moins que ma raison… je ne l’ai déjà égarée plus tôt. Ailleurs… Elle était l’image de tous mes rêves. Ahem. Ne tombons pas dans le mélodrame… >.< Notre étreinte dura. Mais peut-être moins longtemps que notre baiser. Oui. Non. Peut-être. Oh… Stop les sentiments Ali. On va virer à l’eau de rose. è ; è

    Corps en cage, cœur en prison. Je suis de l’homme la négation. Tu vois, je suis le roi de l’illusion. Au fond, qu’on me pardonne, je suis le roi. Le roi des cons. *sbaff* [Je crois que je vais venir avec toi chouquette, pour la cure de désintoxication… Zazienne. >.< *splash*]

    C’était… peut-être ça aimer. C’était… peut-être ça vivre.

    J'ai tout appris de toi sur les choses humaines. Et j'ai vu désormais le monde à ta façon. J'ai tout appris de toi, comme on boit aux fontaines. Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines. Comme, au passant qui chante, on reprend sa chanson. J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson.

    Bref. Je me noie je crois. Noies toi Ali… On serait tranquilles. *sbaff* C’tait méchant ça. Pardon. Pardon, moi. Je crois… Que je suis atteinte… Hum. Je parlais cependant avec circonspection. Je ne devais pas en oublier mon statut de mangemort. Qui étais-je ? Je ne savais vraiment plus où j’en étais. Non, cette fois, c’pas l’âge, c’les circonstances.

    Bref.

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre. Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant. Que cette heure arrêtée au cadran de la montre. Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?

    La joue de Luka était froide. Froide & humide. Elle pleurait. Je l’aimais. Sans arrière pensées. Sans remords. Je l’aimais, tout simplement. Il… me semble que je l’ai déjà dit… Non ? Je ne pensais même plus à Bella & Bella. Elles s’occupaient sans doute comme elles pouvaient… Ou… Faisaient-elles comme nous ? Oh, qu’importe. Ma préoccupation première pour l’instant… restait Luka. MA Luka. MA chouquette. MA… MON ange. Ma déesse. Bref. Remets-toi Ali.

    J'ai tout appris de toi, pour ce qui me concerne, qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu. Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne. Tu m'as pris par la main dans cet enfer moderne. Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux. Tu m'as pris par la main comme un amant heureux.

    Sa main se perdit dans l’étendue de ma chevelure brune… (C’est… étrangement dit. >.<) Chevelure même qui se confondait à l’obscurité de la nuit. La situation m’aurait paru risible et ridicule si je n’en avais été que le spectateur. Mais de mon point de vue… elle me parut presque irréelle. Comment moi, j’avais pu m’éprendre d’une chouquette. Mieux, comment moi… j’aurais pu aimer.

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre. Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant. Que cette heure arrêtée au cadran de la montre. Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?

    La question fétiche. Les circonstances nous changeaient en Roméo & Juliette des temps modernes. A quelques différences près. Elle était droite, vertueuse, virtuose. Moi… j’aurais pu être tout son contraire. Je le reconnais quand même. Froide, arrogante, sadique et un tantinet… quoi un tantinet ? Ahem ; psychopathe. Nos caractères respectifs, nos vies remplaçaient les familles. La barrière était évidente. Mais je ne pouvais pas changer de vie. Pas maintenant. Pas pour elle. Le seul qui pourrait me convaincre serait le seigneur des ténèbres lui-même… et encore… ce n’est pas gagné d’avance. Peut-être… peut-être un jour… Non. Que racontais-je ? Les sentiments font perdre la raison… décidément. Je l’ai perdue deux fois dans ma vie celle-là.

    « Je ne veux pas être séparée de toi. »

    C’était beau. Encore une fois… Ma chouquette, ma femme, ma… *sbaff* Oui, vous avez compris. Luka quoi. Elle arrivait à m’émouvoir, à… m’aimer. Bref. On ne va pas repartir sur cette pente, … je sens qu’autrement, deux décennies plus tard, vous y êtes encore. Ah. Tiens, elle me tutoyait soudainement. En temps normal, je l'aurais éviscérée sur le champ. Mais là... Un sourire sur mes lèvres.

    Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes, n'est-ce pas un sanglot de la déconvenue, une corde brisée aux doigts du guitariste ? Et pourtant, je vous dis que le bonheur existe. Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues, Terre, terre, voici ses rades inconnues.

    Moi non plus. Je ne voulais pas la quitter. Ah ça non. Jamais… J’aurais aimé moi aussi faire durer l’instant. Mais… D’un autre côté… c’est ce qui fait que chaque instant est unique et a une fin qui le rend si intense, non ? C’est c’qu’on m’a dit… étant enfant.

    « Je... Vais venir ce soir. Cette nuit. Mais rien ne m'engage à tuer n'est ce pas ? »
    « Non. Luka. Tu ne tueras pas. »

    Je ne trouvai que cette simple phrase à lui répondre… Tentais-je de la rassurer ? Oui. Peut-être. Non. J’étais prête à tout pour la garder à mes côtés. Et à la protéger. Non, elle ne tuera pas. Sauf si… l’envie lui prenait subitement, ce dont je doute. Elle n’avait même pas levé la baguette sur moi. Qui m’apprêtais à l’abattre. Encore une fois. Je me bénissais de l’avoir laissée en vie. Ou… devais-je bénir le ciel plutôt ?... Bref.

    « Tu ne tueras pas. Mais… ne t’éloignes pas de moi. »

    De la crainte. Oui, je la protégerais. Je la protégerais de ma vie s'il le fallait. Je me mettrais en bouclier humain devant elle pour de mon corps faire barrage. Etait-ce de la tendresse & de l’affection que j’éprouvais pour elle ?... Certainement. Je ne peux pas dire exactement ce que c’est… Je n’l’ai pas connu souvent. Je n’en connaissais que le mot. >.< Ahem. Bref. La tendresse avait désormais un visage. & un nom. Un beau nom d’ailleurs. J’appréhendais tout de même l’instant futur où de ma baguette je tuerai. Et… si elle me jugeait ? Si…, effarée par mes actes, elle décidait de s’enfuir sans moi ? T.T *pleure* *sbaff*

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre. Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant. Que cette heure arrêtée au cadran de la montre. Que serais-je sans toi que ce balbutiement ?

    D’un geste calme, je caressai à mon tour sa joue, ma main effleura le filet brillant qu’avait tracé sa larme. C’était humide. La pluie ne l’arrangeait pas. Elle s’y mêlait. Je déposai un rapide baiser dans son cou, avant de m’avancer. Je partais rechercher les Bellas. Mieux valait savoir ce qu’elles fabriquaient. *sbaff* Non. Ce n’est pas ça.

    « Viens. » Déclarais-je d’une voix merveilleusement douce et monocorde, en lui tendant ma main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Mar 21 Juil - 17:00

Qui ose dire qu’il peut m’apprendre les sentiments… Pour me montrer ce qu’il faut faire pour être grand… Qui peut changer ce que je porte dans mon sang … ?

Bella. Belle Bella… Belle Bella aux Beaux Yeux et a la Belle peau. Belle Bella… Pardon… Je m’egare. Je craque. Je me nois dans le fil de mes obscures pensées. Bella. Bella … Moitiée de mon nom. Moitiée de mon ame aussi … maintenant… Et maitresse de mon cœur. Car Oui Bella. Je t’aime. Je sais ce que cela veut dire. Je sais ce que cela signifie. Et je suis bien trop vieille. Bien trop folle. Alors je t’aimerais comme une fille. Puisqu’il ne peut en etre autrement. Il y’en a d’autres qui t’aimeront, et que tu aimeras en retour. Moi … je ne serais qu’une ombre nocturne. Je serais ta tante, ta mere adoptive. Nos sentiments, seront purs, seront nobles, et tant que tu sera comblée et heureuse, je pretendrais l’etre aussi. Bella. Les temps sont durs. Je veux t’offrir de la tendresse et le bonheur quel qu’il soit. Dusse-je en souffrir ? Moi je souffre deja et mon ame est corrompue… Bella…

[ Je crois qu’il faut calmer la tata… #Bah quoi c’est beau ce qu’elle dit ?# … ]

Nous etions donc presentes… Debout elle et moi, au milieu de cette obscure rue . Pré Au Lard. Non loin de la cabane Hurlante. Non loin d’une ruelle ou la froide Alienor et l’insolente Luka devaient probablement avoir beaucoup de choses a se dire.

Pas de details. Merci. Rien que l'idée... Mettait en emoi mon coeur de pierre. Oui j'etais une abruti sensible aprés tout. Qui l'eut cru ? Pas moi...

Qui a le droit de m'interdire d'être vivant de quel côté se trouvent les bons ou les méchants leurs évangiles ont fait de moi un non-croyant.

La vie ne m'apprend rien.


« Il ne vous arrivera rien non plus... Bella... Jamais. »

Ce qui ressemblait a un sourire se glissa sur mes levres.

La vie ne m'apprend rien.


& D'un coup. J'attrapais sa main. Ou bien je la tenais deja. Mon esprit se trouble en ces sombres heures. Il fallait agir. Bouger. SInon je l'embasserais encore. Et nous ne voulions pas ça. Parce que je ne pouvais pas... Tomber amoureuse d'elle.

Non.

N'est ce pas ?

La vie ne m'apprend rien.


Que reste-t-il des idéaux sous la mitraille quand leurs prêcheurs sont à l'abri de la bataille la vie des morts n'est plus sauvée par des médailles

- Viens.

Quelques pas, nous arrivions bientot en face d'Alienor et de Luka.

- Alors, par où partons nous mesdemoiselles ?

J'etais troublée par Bella. Troublée par les ondes qui emanaient de nous ce soir... Mais je ne le montrais pas. Non. Je remetais ma cape de froideur et je ...

La vie ne m'apprend rien.
Mais toi... Belle Bella... Tu peux tout m'apprendre.



[Hj : J'aime ton autographe Razz]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Mer 22 Juil - 1:17

    Quand on n'a que l'amour. A s'offrir en partage. Au jour du grand voyage. Qu'est notre grand amour. Quand on n'a que l'amour. Mon amour toi et moi. Pour qu'éclatent de joie. Chaque heure et chaque jour.

    Nous en étions donc Bella & mwa, sous la pluie, le vent animant nos chevelures qui semblèrent se mêler en une union secrète. Secrète. Voilà, c’était parfait. J’aurais tout donné pour que l’instant dure éternellement. Et j’aurais pu. Eternelle,… moi je l’étais. Presque. Pas elle, en revanche, c’triste. Mais cessons de tergiverser, ça fait pas avancer. >.<

    Quand on n'a que l'amour. Pour vivre nos promesses. Sans nulle autre richesse. Que d'y croire toujours. Quand on n'a que l'amour. Pour meubler de merveilles. Et couvrir de soleil. La laideur des faubourgs.

    J’ai posé mes yeux sous sa robe de gitane… j’ai posé mes yeux sur ses jupons de mangemort… *sbaff* Ahem. C’tait une phrase en l’air.

    Bref, encore une fois, oui.

    Elle était belle ma Bella. Oui, … d’où me vient cette impression de déjà dit. ? Haha ! C’est peut-être parce que je l’ai déjà dit… Tant pis. Mieux vaut deux fois qu’une, vous ne trouvez pas ? Tu es belle Bella. MA Bella. Tu es la plus belle. C’est ce mot, qui a été inventé pour toi. Pour que tu le portes. Il te va tellement bien. Je me passerai de tout pour toi.

    « Pour toi, je tuerai. » Déclarais-je subitement, la gorge serrée par l’émotion.

    Oui, j’étais folle. Peut-être autant, voire plus, qu’elle. Mais ne ressassons pas. Je l’ai déjà dit. Oui, j’aime bien répéter, vous avez dû avoir remarqué. >.< Bref.

    Quand on n'a que l'amour. Pour unique raison. Pour unique chanson. Et unique secours. Quand on n'a que l'amour. Pour habiller matin. Pauvres et malandrins. De manteaux de velours. Quand on n'a que l'amour. A offrir en prière. Pour les maux de la terre. En simple troubadour.


    C’était en tout cas, une jolie déclaration. Mais je ne faisais qu’extérioriser mes émotions. Je la serrai dans mes bras, une dernière fois. Du moins, pour l’instant. *sbaff* Avant de la suivre pour rejoindre nos deux autres protagonistes de la soirée… chouquettes… à savoir Ali & Luka. Jolies chouquettes aussi. *-* J’les aimais toutes les deux. Plus qu’aimer. Ahem. Passons.

    Bella attrapa ma main. [Elle l’avait peut-être déjà..., j’sais plus non plus. T.T]

    « Viens. »


    Et… Sans dire un mot, elle me traina vers Ali & Luka. Sortant de l’obscurité d’une ruelle,… je ne me demandai même pas ce qu’elles avaient bien pu faire dans le noir. Oh, de toute façon, c’n’était pas mes citrouilles. J’avais mieux à faire. *regarde Bella* *sbaff*. Hum.

    Quand on n'a que l'amour. A offrir à ceux-là. Dont l'unique combat. Est de chercher le jour. Quand on n'a que l'amour. Pour tracer un chemin. Et forcer le destin. A chaque carrefour. Quand on n'a que l'amour. Pour parler aux canons. Et rien qu'une chanson. Pour convaincre un tambour. Alors sans avoir rien. Que la force d'aimer. Nous aurons dans nos mains, le monde entier.

    Un passant… passa. (>.<) Il nous fixa. De mon côté, j’avais soif. Je me retournai machinalement vers Bella. J’attendis qu’elle réagisse. Oui, c’est comme chez les lions. Ce sont les lionnes qui chassent. & la reine en première ligne. Ensuite, viennent les suivantes. *sbaff* Bref.

    « Bella… » Murmurais-je d’une voix peu sûre de moi.

    Si je n'avais que l'amour. A offrir en partage. .. Je te l'offrirai Bella.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Mer 22 Juil - 1:40



    Lay all your love on me.


    I wasn't jealous before we met Now every woman I see is a potential threat And I'm possessive, it isn't nice You've heard me saying that smoking was my only vice
    But now it isn't true Now everything is new And all I've learned has overturned I beg of you...


    « Non. Luka. Tu ne tueras pas. »

    Comment une simple phrase pouvait elle me perturber a ce point . J'etais avec elle. Alienor. Ali. Nouvelle deesse de mes nuits. Nouvelle... Je m'egare. Je me repete. La senilité me guette. Mais j'en perds la raison a force de l'aimer. Car oui je l'aime. D'un amour qui prend aux trippes et qui ne laisse pas de rescapés sur la rive. C'etait fort. C'etait... Que dire ? Jamais pourtant je ne m'asseyerais sur un banc pour parler cinq minutes avec elle, lui raconter ma vie, et donner des faux coup d'pieds aux abrutis de pigeons... Non.. Jamais. Parce que nous n'etions pas deux amoureuses conventionelles, parce qu'elle etait la Juliette dont le nom etait remplacé par la haine, et j'etais un Roméo, sordide artiste perdu dans un monde qui ne lui convient pas.

    Comme un enfant... Pantin desartibulé, je la suivais. Je me fondais dans son etreinte. Esperant un nouveau baiser.

    Don't go wasting your emotion Lay all your love on me


    A vrai dire. Pourquoi esperais je ? Pauvre petit mouton innocent... J'etais perdue ici. Sans but & sans objectif. Je resterais a ses cotés... Je...

    It was like shooting a sitting duck A little small talk, a smile and baby I was stuck I still don't know what you've done with me A grown-up woman should never fall so easily
    I feel a kind of fear When I don't have you near Unsatisfied, I skip my pride I beg you dear..


    « Tu ne tueras pas. Mais… ne t’éloignes pas de moi. »

    Elle me protegerais ? Je levais vers elle des yeux inquiets, curieux ? Ceux d'un kirby a peine sortit du nid. Ma vie avait eté dure. Je ne craignais ni la souffrance ni la mort, et ce cruel destin qui m'enchainait n'etait pas le pire enemi de ma vie. Mais je craignais qu'elle ne souffre. Et je craignais de la perdre. Pourtant... Je la perdrais. C'etait un fait. C'etait sur. C'etait si ireel cette soirée, que je ne savais pas quand elle se reproduirait.

    Don't go wasting your emotion Lay all your love on me


    J'aurais voulu qu'elle m'aime.

    J'acquiessais lentement.

    - Je ne te lacherais pas.

    Leger sourire. Je glissais ma main dans la sienne et lui lancais un regard encourageant.

    I've had a few little love affairs They didn't last very long and they've been pretty scarce I used to think that was sensible It makes the truth even more incomprehensible
    'Cause everything is new And everything is you And all I've learned has overturned What can I do...


    Je craignais tellement de choses pour la soirée a venir. Mais... Il y'avait aussi... Excitation &... Adrenaline qui se melaient. Ali... Ali... Dis moi que tu m'aimes... Sors moi de la. Sauve moi... Ammene moi dans un pays ou les perles de pluies sont toutes pour toi. Tatoue les ailes des oiseaux. Soit ma preference. Ma seule. Mon unique. Ali... S'il te plait. Sauve moi.

    Mais non. Nous avancions vers Bella & Bella. Et la chasse semblait commencer.

    Moi.. Je restais silencieuse, alors qu'elles semblaient chercher une proie.

    Don't go wasting your emotion Lay all your love on me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Jeu 23 Juil - 23:49

    [Hj; chouquette.. c'est vraiment... je suis pas fière de moi là. >.< du tout. Je l'ai écris vite, je suis pas bien mais je voulais répondre ce soir. T.T J't'aime. ]

    Tout me revient. Tout me ramène. Tout me retient. Tout me rappelle. A ton corps et à tes mains. A tes mots et à ton parfum.

    Mon ange est tombé du ciel. Le jour s’était levé… Le monde enfin se révèle.


    Je rêvais. Pendant quelques minutes, mon esprit ne m’afficha plus que son visage. Ne faites aucun commentaires. Je me surprenais moi-même pour tout avouer. Et ne me culpabilisez pas au sujet de ma froideur, de ma cruauté et de mon sarcasme de mangemorte… Je fais ça très bien toute seule. Elle était à moi. J’étais à elle. Mais, il me semble l’avoir déjà dit n’est-ce pas ? Alors, à quoi bon réitérer. [C’est c’que j’aime faire souvent, mais hormis lasser, ça n’a strictement aucune utilité sur l’histoire.]

    Mais passons. Où en étions-nous déjà ? … *reprend son bloc-notes* Ahem. Ah oui. Alors.
    Ma chouquette leva ses yeux de kirby vers moi. Comment résister ? Impossible. Elle devait le savoir. Je la protégerai contre tout. Contre n’importe quoi, contre n’importe qui. J’étais prête à beaucoup pour elle. A enfreindre tant de règles, à briser tant de rêves, à détruire tant de vie, la mienne y comprit, à… tout. Même à sortir le chien des voisins & à regarder tous les jours télé shopping. [Je… crois que tu t’emportes un peu trop là Ali. >.< Non, tu crois ? *’*]

    Tout se rejoint. Et tout m'entraîne. Tout me détient. Le tout s'enchaîne. Et à tes gestes et à tes yeux. A tes silences et à tes vœux. Tu es mon ange béni des dieux.

    Le jour se lève. Le jour se lève parce que nous l’avons espéré assez fort. Si l’heure avait été brève, nous l’avions vécu. Et juste pour ça, je ne regrettais pas mon escapade improvisée. Pour la première fois de ma misérable existence, je regrettais. Ma vie. Regretter ? Je ne connaissais pas grand-chose de ce mot… Même lui, je n’en connaissais que le nom auparavant. Elle arrivait à me déstabiliser. Mais quand même… Moi… Passons.

    Le jour où tu tombé du ciel. Tout m'a semblé plus léger. Et je me sens pousser des ailes. Accroché à tes baisers. Tout me destine. Tout me soulève. Tout me dessine. Et tout m'élève. A tes lèvres, à tes désirs. A tes rêves et à tes soupirs.

    « Je ne te lâcherai pas. »

    Comme c’était mignon. Evocateur. Je ne la lâcherai pas non plus. Le savait-elle ça ?... Lui souriant tendrement, je caressai sa joue d’un geste affectueux de ma main. Mon regard glissa sur elle. Elle était belle décidément. Elle seule pouvait faire chavirer mes idées conformistes. Elle prit ma main. Tressaillement nerveux de ma part.

    Tout me rapproche. Tout me connecte. Et tout m'accroche. Car je délecte. Ta poésie à même ta peau. Tes jeux d'esprits si délicieux. Tu es mon ange béni des dieux. Le jour où tu tombé du ciel. L'amour a changé ma vie. Tu es mon ange providentiel. Je t'aimerai jour et nuit.

    Le jour où tu es tombé du ciel. J'ai enfin compris qui j'étais. Tu es mon ange providentiel. Celle dont j'ai toujours rêvé. Mon ange est tombé du ciel. Le monde enfin se révèle. Tout m'a semblé plus léger. J'ai trouvé ma vérité. Comme envoyé par le ciel. Touché par tes baisers de miel.

    Enfin libéré.


    Prêt à tout te donner. Je remercierai le ciel. A chaque lever du soleil. De t'avoir mis dans mes bras. Moi qui n'attendais que toi. Comme envoyé par le ciel. Tous les matins m'émerveillent. Mon bel ange depuis que tu es là.

    Nous revînmes vers Bella & Bella, encore à moitié enlacées. Un sourire s’esquisse sur mes lèvres. Du moins… Je l’imaginai. Et… Le moment crucial. Fatidique de l’histoire. Le moment de vérité. *roulement de tambour* *sbaff*… La partie de chasse. Nous nous mîmes toutes… trois, Bella, Bella & mwa, en quête d’une proie. Comme je les aimais fut un temps. Frêles, fragiles, sans défense. Sadiques nées, Bellatrix & moi, nous aimions toutes les deux ce genre de victime facile à torturer. Instinctivement, machinalement…, mon regard se posa sur Luka. Je craignais toujours sa réaction.

    Sa réaction… à me voir tuer. A me voir à l’œuvre. L’envie de m’aimer lui passerait sans doute en me voyant prenant plaisir à faire le mal autour de moi. Je souhaitais… sans souhaiter.

    Je ne voulais que son bonheur. Et auprès de moi. En m’aimant, elle l’obtiendrait pas. Fatalement, nos camps étaient opposés. Si je voulais la rendre heureuse, je devais la dégoûter. Je devais à contre cœur lui faire passer l’envie de m’aimer. Mais j’étais si triste. Une lueur d’abattement devait se lire dans mes yeux. De découragement.


Je ne voulais pas la quitter. Je ne voulais pas la laisser partir. Pourtant…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Dim 16 Aoû - 16:07


    [hj : desolée pour le temps de reponse... & puis... celle ci n'est pas une reponse musicale =).]


    « Pour toi, je tuerai. »

    Elle, mon ange, ma desirée. Celle qui faisait rebattre a cent a l'heure ce coeur de pierre et de glace que je gardais en moi... Elle... Venait de prononcer ces quelques mots, et que pouvais-je y dire ? Que serais-je sans elle ? Si je ne lui avais pas parlée... Si je l'avais torturée et tuée le premier soir. ? Que serais-je ? Ne serais-je resté que cette folle psychotique que j'etais destiné a être & a rester. Car je le resterais. & la soirée allait nous le prouver. J'allais tuer. torturer. Et je danserais dans le sang de mes victimes... Alors elle , belle chouquette, elle partirait vers d'autres horizons, vers des bras plus doux, mais probablement moins aimants... Car j'etais prete a lui donner mon coeur, a me l'arracher de la poitrine pour qu'il ne batte que dans ses mains. Lui offrir mon coeur, mon ame, et mon dernier soupir...

    Mais le moment n'etait pas destiné a durer. Le moment... se brisa quand Ali & Luka arriverent devant nous. L'obscurité d'une ruelle leur avait été favorable. Qu'avaient elle fait ? Pourquoi ? Alienor etait aussi folle & froide que moi.... Mais il y'avait quelque chose, c'etait indubitable... Et la jeune chouquette ne semblait pas vouloir tuer... La jeune Luka semblait juste ailleurs.;.

    Un passant passa a ce moment la, et je sentis Bella lever ses yeux vers moi.

    « Bella… »


    Son murmure brisait mon coeur autant qu'il le faisait battre. Elle etait si belle, si douce, si elle... Tellement belle oui... Tellement belle... Belle Bella... Je m'emporte encore. Alors je lui lancais un sourire et lachais sa main, bougeant d'un geste rapide ma baguette vers le passant.

    " Incarcerem". Oui... J'avais toujours aimé ce sortilege, depuis bien longtemps déja. Mon adolescence a Poudlard... Le passant se retrouva immobilisé, mais tout a fait conscient. Et moi, je lancais un regard a Aliénor...

    - Laissons donc aux chouquettes le droit de jeter la premiere pierre ou du moins le premier sortilege...

    Voila pour moi une façon d'admirer ma belle Bella a l'oeuvre, mais je voulais aussi juger de quelque chose... Le courage, la Folie de Luka... et aussi jusqu'ou Aliénor etait prete a aller pour la proteger de tout...

    Oui.. N'oublions pas, j'etais folle & sadique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Lun 17 Aoû - 3:22

    Mon histoire, c’est l’histoire d’un amour. Ma complainte c’est la plainte de deux cœurs. Un roman comme tant d’autres, qui pourrait être le vôtre. C’est la flamme qui enflamme sans brûler. C’est le rêve que l‘on rêve sans dormir. Comme un arbre qui se dresse plein de force et de tendresse vers le jour qui va venir.

    Et si tu n’existais pas, dis-moi pour qui j’existerais ? Pour trainer dans un monde sans toi. Sans espoir et sans regret.

    Et si tu n’existais pas, j’essaierais d’inventer l’amour. Comme un peintre qui voit sous ses doigts mettre les couleurs du jour et qui n’en revient pas.

    « Je t’aime Bella. »

    Très... Très original non ? Ahem. Je crois que l’amour rend un peu idiot parfois. -.- & gâteuse. Je parle pour moi en tout cas. C’était bien la trentième fois que je lui déclarai ma flamme. *.* Comme disait on-ne-sait qui… L’amour donne des ailes, mais moi je reste clouée au sol. U.u Hum. Vive le roman de gare à deux galions. Par amour, j’étais capable de tout. C’était bien connu. Je perdais vite le sens des réalités. Quoique je ne pense pas lui en demander beaucoup. Me lire dans ses yeux assouvissait mes plus intimes désirs. Je vins me frotter contre elle, comme un chat contre son maître. Ma main parcourut sa poitrine avant de caresser d’un geste machinal son cou que mes dents avaient perforé plus tôt.

    C’est l’histoire d’un amour éternel et spécial. Qui apporte chaque jour, tout le bien, tout le mal. Avec l’heure où l’on s’enlace. Celle où l’on se dit adieu. Avec les soirées d’angoisse, et les matins merveilleux.

    Et si tu n’existais pas, dis-moi pour qui j’existerais ? Des passantes endormies dans mes bras que je n’aimerais jamais.

    Et si tu n’existais pas, je ne serais qu’un point de plus dans ce monde qui vient et qui va, je me sentirais perdu. J’aurais besoin de toi.

    Je vivais de son sang, comme je voulais mourir de sa main.

    Ah, c’était une déclaration explicite. Je voulais mourir de sa main. [Mais encore ? -.-] Je lui étais vouée corps et âme, et ma damnation tombera de sa bouche. Il est tard.. hein ? On va dire que je suis fatiguée... ça veut pas dire grand chose. --" Bref. Quant à ma mort… Je ne voulais la voir qu’au bout de sa baguette. Traduction ? … Elle seule pourrait me tuer. Déjà pas simple de trucider un vampire… Elle m’étriperait, brûlerait les morceaux. >.< *zbaff* Ou alors… Un bon Avada Kedavra de sa part. C’est romantique et romanesque n’est-ce pas ? -.- je sais, je sais… Mais ce n’est qu’une hypothèse, c’est purement théorique. Ahem.

    Et uniquement… de sa main.

    Mon histoire c’est l’histoire qu’on connait. Ceux qui s’aiment jouent la même, je le sais. Mais tragique ou bien profonde, c’est la seule chanson du monde, qui ne finira jamais.

    Et si tu n’existais pas, dis-moi comment j’existerais ? Je pourrais faire semblant d’être moi, mais je ne serais pas vrai.

    Et si tu n’existais pas, je crois que je l’aurais trouvé. Le secret de la vie, le pourquoi. Simplement pour te créer. Et pour te regarder.

    La proie que nous visions remarqua notre présence. Je crois qu’une étincelle de cruauté a du luire dans mon regard. De quel côté es-tu ? Celui de Bella, t’amène à la haine et à la souffrance comme à l’amour. Luka ? Le sien est fait d’encre et de parchemin. Ali demeurait semi-neutre, trahie par ses propres sentiments. J’aurais pu écrire un bouquin ou un récital de cette nuit glacée. *.*

    Luka Van H, chouquette prolixe, intelligente, indépendante et vivant de sa plume ; s’était éprise d’une mangemort adoratrice et fanatique, ne jurant que par le sadisme et la perversité. Mangemort aux idées conformistes et à la capacité émotionnelle d’un dé à coudre. -.-

    Une idylle vouée à l’échec avant même d’avoir commencé. Luka était tout ce à quoi Ali aspirait. Une plume comme reflet et un iris d’acier métallique et glacial pour simple miroir de l’âme. Tandis que de l’autre côté de la ruelle obscure, Bella, la chouquette qui mordait plus vite que son ombre. -.- & Bella, la grande chouquette psychotique et sensuelle, inconditionnellement et irrévocablement chouquettées (-.-) s’aimaient de la même façon. *paf*

    Ahem. Je m’égare aussi. Le post manque de tenue il me semble… O o Pourtant, je suis bien habillée. *.* … Aucun commentaire. -.-

    Je ne vais pas m’appesantir là-dessus. Soit dit en passant, avouons que nos situations s’avéraient similaires. Je m’imaginais déjà au coin du feu, Luka à mes côtés, chacune à raconter ses mésaventures de la nuit chouquettée.

    Passons à l’action.

    La future tourte… (Hum.) Dévisagea ses… futures meurtrières. -.- Grognement évocateur de ma part. Si elle n’avait pas encore comprit que sa chair s’apprêtait à être mastiquée sous mes canines, donc, servir de casse-croûte à trois… psychotiques. (On ne classe pas Luka dedans, si ? *sbaff*) … c’est qu’elle était bête comme tourte. >.< Ahem. Lorsqu’elle réalisa, je m’étais déjà avancée vers elle. Eh. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. ^.^ Mais manque de veine… la tata me devança et lança son sort. Zut. La proie était immobilisée… Mais toujours consciente ceci dit. Parfait pour mon esprit sadique ça…

    « Laissons donc aux chouquettes le droit de jeter la premiere pierre ou du moins le premier sortilege... »

    Prise d’une pulsion subite et incontrôlable, je me jetai sur elle. (La proie hein ? Faut suivre aussi. U.u) Plantant mes dents assassines dans la peau tendre de son cou, je voulus la tuer. Mais je m’arrêtai, avant de lancer un regard en direction de Bella. Oui, il fallait peut-être que je leur en laisse un peu. ^.^ Aliénor s’avança vers moi, et me dégagea de la carcasse encore en vie avec une certaine brutalité. -.- méchante. *sbaff* Je reculai vers ma mangemort à moi (xP) & me blottit contre elle.

    Je songeais, par une certaine nuit d’été. (-.-) Avant de refermer… fermement (ahem) mes bras autour d’elle. De Bella hein ? Pas de la nuit. -.- Quoiqu’on pourrait presque métaphoriser Bella en une sombre nuit assassine et aveugle. *.* *va se pendre* J’étais au paroxysme de l’extase. A cet instant, je me contrefichais éperdument de la mort, pourvu que ce ne soit pas la sienne. La mienne… ne m’importait guère. D’ailleurs, j’étais déjà morte. Muhaha, c’est con hein ? Très. -.- Hum…

    Ali achevait l’œuvre. Le travail de ma vie. T.T *pleure* *pleure* *sbaff* Et la pauvre Bella qui n’avait pas encore eu sa part du sushi. Pardon, du gâteau. *.* Hum. Si, elle m’avait moi ceci dit. Je ne vaux pas toutes les tourtes du monde ? *.* *yeux… kirbyants & larmoyants* Allons bon. Ne pas désespérer. Nous allions bien dénicher un bon petit agneau dodu à mâchouiller non ? Ma pauvre petite chouquette n’avait pas encore fait ses dents ce soir… Vite, il fallait remédier immédiatement à ce manque nutritif. -.- Je lui aurais bien tendu mon propre cou à mon tour pour qu’elle me morde. J’aimais ça aussi. Ahem. Telle Bella… Telle Bella. -.- En tout cas, la dernière fois qu’elle me mordit, la seule et unique d’ailleurs, j’avais presque apprécié. Je crois qu’on peut dire que je suis maso. M'enfin, je radote encore.

    Ah. Je commençais pourtant à avoir soif. Aucune bouteille de rhum sous la main. T.T Comme c’est dur la vie… Levant des yeux tout aussi implorants que ceux d’un cocker abattu, j’aurais aimé sucer. Son sang ‘spèces d’obsédés. -.- Rah là là, les jeunes d’aujourd’hui sont plus c’qu’ils étaient. *sbaff*

    Je levai la tête. La lumière perçait les nuages. Le jour n’allait pas tarder à poindre. Si je ne voulais pas fondre en fumée dans d’atroces souffrances, je devrai bientôt partir. Partir… M’éloigner de Bella… M’éloigner de cette nuit où je frôlai sa peau et goûtai à ses lèvres. Parce que dieu sait si je l’aimais. Quoi je me répète ?

    Mettre un terme à une nuit si voluptueuse… Rien de plus tragique. J’espérais… J’espérais… Mais rien de très concret. Je voulais tant la revoir. Et ne jamais la quitter. [Espères toujours, ça te fera vivre. -.-] J’aurais voulu qu’elle jure sous le sceau du serment inviolable de n’aimer que moi. De n’être qu’à moi. *.* *sbaff* Ahem.
    Bon, j’attendais que les chasseresses nocturnes avec lesquelles mon butin serait partagé passent à l’acte elles aussi. Luka, elle… Oh, god ! Ne faut pas l’oublier. -.- Je tournai la tête vers elle, restée un peu à l’écart. Evidemment, elle était là pour Aliénor. Pas pour la proie. Ces combats de dents et de baguette ne la concernaient pas. La chance… Hem.

    Oui, Luka. Que fais-tu là ? Parlons-en. J’esquissai un léger sourire britannique. Ahem. Effectivement, je vous rassure ça ne veut strictement rien dire… Mais j’avais envie d’le sortir ça. -.- *plash* *ci-gît Bella Steward, morte d’avoir débité un stock excessif de conneries en moins d’une demi-heure. Record absolu. -.-*

    Temps suspend ton vol et vous heures propices suspendez votre cours. Laissez-nous savourer les rapides délices les plus beaux de nos jours. Mais je demande en vain quelques moments encore, le temps m’échappe et fuit. Je dis à cette nuit, sois plus lente et l’aurore vient dissiper la nuit.

    Mon histoire, c’est l’histoire d’un amour. Mon histoire, c’est aussi ton histoire mais si tu n’existais pas… J’essaierais de te créer et d’inventer l’amour… Pour le faire avec toi. *zbaff*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Lun 17 Aoû - 4:10


    Tous mes amis sont partis Mon coeur a demenage Mes vacances c'est toujours Paris Mes projets c'est continuer Mes amours c'est inventer...

    Si maman Si...

    Mais moi je n'avais jamais eu a dire a ma mere ce qui tourmentait mon ame... Et je ne lui dirais jamais. Car ma mere, je la haissais autant que j'etais attirée, fascinée par la femme en face de moi. Car c'etait une femme. Elle n'avait rien des adolescentes qui eurent pu partager ma couche. Elle n'avait rien de personne d'ailleurs. Elle etait unique. Si Exceptionnelle. Si Belle.

    Si maman si Maman si tu voyais ma vie

    Alienor et moi meme marchions main dans la main. Et nous aurions pu marcher longtemps. Marcher sur une route solitaire, ou sur une route pavé. Sur le chemin des enfers, une autouroute diabolique, un chemin de briques jaunes. Qu'en savais-je ? Elle etait mon idylle. Mon idéal. Elle etait de mon Oz, la mechante sorciere et le gentil magicien. Elle me donnait l'espoir en otant la vie aux autres. Mais moi... Je n'avais rien a craindre d'elle. Une soirée... Une soirée avait suffit, et je savais. Je savais que je lui aurais confiée ma vie, et qu'elle l'aurait traitée comme du cristal.

    J'etais ... fragile comme le cristal... Alors tant mieux en un sens. Elle saurait prendre soin de moi...

    Je pleure comme je ris Sii maman si Mais mon avenir reste gris Et mon coeur aussi...

    Et mon coeur aussi... Elle en prendrait soin j'en etais sure. Et cette vieille chanson que je n'avais que trop ecoutait, et qui rythmait mes pensées sur le moment n'etait pas adequate. Elle... Elle pouvait mettre de la couleur dans ma vie... Faire de ma vie un arc en ciel... Et gommer les ponts entre nous et le ciel...

    Non.. Je divaguais.. Je m'egarais... Il me fallait revenir sur le moment... Nous allions bientot tuer. Elles... Allaient bientot tuer. Bella & Bella. & Ali.... Sans moi. Car je ne verserais aucun autre sang que le mien. Quand bien meme je serais menacée. Je n'etais pas du genre assassine. Sauf si... quelqu'un lui faisait du mal. Je verrais rouge. J'en etais sure. Qu'importait... Je...

    Retour a la realité peut etre....

    Et le temps defile comme un train Moi je suis a la fenetre Je suis si peu habile que demain le bohneur passera peut-etre Sans que je sache le reconnaitre..

    Mon bonheur... Je l'avais reconnu en elle. Mais comment lui... dire. Comment lui faire comprendre. Qu'elle etait ma vie et que rien ne me ferait jamais fuir. Elle s'encombrait de moi. Je le savais. Je n'etais qu'un point. La petite innocente entichée d'une mangemorte sans coeur. Elle ne devait pas m'aimer... Elle devait me detester, chercher un moyen de me faire lacher prise... Elle n'y arriverait pas... Sauf si elle trouvait les mots qui blessent. " Je ne t'aime pas Luka", serait le paroxyslme de la souffrance pour moi. Et je la laisserais... Je n'agirais pas en amoureux transi, je ne la poursuivrais pas de mes assiduités. Je me contenterais d'errer, comme l'ame en peine que je pourrais etre.

    La question ne se posait pas... Se posait elle ?

    Si maman si Si maman si Maman si tu voyais ma vie Je pleure comme je ris Si maman si Mais mon avenir reste gris Et mon coeur aussi.

    Les Deux Bella s'aimaient. Tout respirait dans leurs regards.... Sur leurs levres avides... Elles s'aimaient... Elles vivraient peut etre un bonheur bref et ephemere, mais je savais qu'elles toucheraient l'or du bonheur du bout des doigts... Quelque chose que je n'aurais peut etre jamais...

    Ou peut etre que non. J'etais heureuse... Quand les levres d'Ali avaient touchée les miennes a de multiples reprises... Alienor. Alienor... Ton doux nom resonne encore dans mon ame. Comme il sonerait bien sur mes levres. Comme il... Comme j'aimerais le murmurer pour certaines occasions que je tairais ici bas. Je ne peux pas tout dire. Tout penser. TU aurais peur Alienor. Peur de moi. Peur de...
    Mes desirs inavoués ou bien trop avoués pour toi.

    Mon coeur est confortable, bien au chaud Et je laisse passer le vent Mes envies s'eteignent, je leur tourne le dos Et je m'endors doucement Sans chaos ni sentiments

    & Les choses accellerent, je n'etais qu'un temoin muet, un temoin qui n'agissait pas. Voyeuse en un sens, je regardais Bella donner le premier coup de dent. Alienor faire la suite et Bellatrix juger du travail. Moi je n'agissais pas. Je n'allais pas agir. Pourtant Bellatrix semblait attendre que...

    Non. Je n'agirais pas.

    Je me contentais de rester la, admirant la mare de sang. Fixant mon regard dans celui d'Aliénor. Sans rien dire.

    Sans Chaos ni sentiment...


    Des sentiments... J'en avais... Et ils me tueraient probablement.

    Alors je m'approchais d'elle... Regardant la victime... Et regardant Alienor. Elle avait tué.. Devant moi... Et je ne la haissais pas pour autant. Je fis ce qui me passais par la tete, et je glissais silencieusement ma main dans la sienne. Pour lui signifier que j'etais encore la. Si ca comptait pour elle...

    Je le saurais n'est ce pas ...

    Si...Tata ... Si.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Lun 17 Aoû - 20:34

[Hj, pardon ma chouquette... C'est pas long. -.- & c'est pas terrible. & c'est... trop à l'eau de rose... mais j'ai pas su faire autre chose. *sbaff* >.<]

    Pourquoi tu pleures ?
    Tu ne peux pas comprendre...

    Pourquoi tu pleures ?

    J'ai besoin qu'on m'entende...


    Je me mis à maudire le hasard. L’histoire. La damner tout en la bénissant en même temps. C’était beau. Elle qui se révélait perverse d’avoir gardé secrète si longtemps une aussi jolie déesse au regard métallique. Elle voulait l’avoir pour elle toute seule, n’est-ce pas ? Eh bien non. J’allais lui arracher. Je voulais lui arracher. Mais par sa faute, j’avais perdu tant de temps à courir après un destin qui ne me toucherait jamais.

    Pendant trente ans, j’ai couru après quelque chose dont je ne verrai probablement jamais la couleur. Pendant trente ans, j’avais vécu sans sentiment. Pour Luka, je me sentais capable de verser ô combien de sangs sur les terres d’Andalousie et de Grande Bretagne. Ahem. Je pouvais même étriper sur les mers du Sud et de corail où le rouge se mêlerait à l’eau translucide. Oui, oui, je m’emporte moi aussi.

    Je rêvais de lire mon image dans ses yeux comme je rêvais de voir tinter mon nom sur ses lèvres. Sensuelle. Si sensuelle. Et dans tout ça, tellement belle. Non, ne dis rien Luka. Reste muette. Aveugle et sourde. Tu es tellement plus belle. C’est si beau de parler à un sourd, de montrer l’océan à un aveugle et d’écouter battre le cœur d’un muet. Pourtant… Les mots étaient ses armes, comme ma baguette était la mienne. & je crois que la grande sentimentale va s’arrêter là, autrement, on va vite virer au cliché et à l’eau de rose. -.-

    Elle a besoin d'exprimer ses peines,
    Elle a seulement besoin qu'on la soutienne,

    Elle a envie d'être quelqu'un d'autre,

    Elle a l'impression que c'est de sa faute si le monde tourne sans regarder,

    Comme une ronde qui l'aurait oubliée...


    Allez, non. Encore une pour la route. [tss.] L’aimais-je ?... Ai…mer… Moi ? Aimer. Aimer. [Oui, on a comprit.] Aimer... C'est c'qu'il y a de plus beau. Ahem. *sbaff* Mais aimer ? Je ne sais pas ce que ça veut dire ça… Qu’est-ce que ça veut dire ? Apprends-moi Luka. Apprends-le-moi. Apprends-moi tout. Apprends-moi à aimer. A T’aimer. A moins… Que je ne te repousse. Que je te dise ce que tu dois craindre le plus. Ce que l’on doit craindre le plus quand on est amoureux. « Je ne t’aime pas. » Point.

    Les rêves sont éphémères, c’est bien connu. Pourtant, le moment onirique que nous vivions durait. Mais s’achèverait. Il allait s’achever. Dans quelques minutes… Quelques heures tout au plus… Parce que je suis faite pour vivre la nuit. Parce que je suis faite pour tuer et détester. Pour venger et damner.

    Parce que je suis une tueuse vouée à errer dans les sombres ruelles à la recherche de ton fantôme Luka. *sbaff* ça ne veut rien dire ce que je raconte. –.- Bref. Je suis aussi conçue pour détruire et accabler. Faire souffrir avant de lire avec volupté les cris de torpeur dans les yeux de mes victimes innocentes. Non Luka. Comment peux-tu m'aimer ? Comment pourrais-tu aimer quelqu'un comme moi ?

    Pourquoi tu pleures ?
    J'aimerai me sentir belle...

    Pourquoi tu pleures ?

    Y a personne qui m'appelle...


    Et Luka qui devait avoir tant de rêves justement. Elle qui avait trop de rêves pour tous les écrire sur ses parchemins vierges. Elle que j’aimais à en crever. Oui, l’image est forte, certes… Hum. Bref. Trêve de sentiments. Action.



« Laissons donc aux chouquettes le droit de jeter la première pierre ou du moins le premier sortilège... »


    Bella immobilisa la cible. Bella (-.-), la petite cette fois hein ?, accourut assoiffée sur la malheureuse proie que je ne plaignais pas ceci dit, et planta ses dents assassines dans sa tendre peau. Enfin… Tendre…je n’en savais rien au fond. Je n’ai pas goûté moi encore. -.- Mais le poil me hérissait tout de même de laisser une si belle carcasse à une vulgaire vampirette hystérique et maniaque. D’un geste agacé, je l’écartai pour à mon tour achever la jolie tourte que nous avions là.

    Gardant mon objectif en vue, me faire haïr de Luka. Pour elle. Pour moi. Pour nous. Parce que nous ne pouvions être que malheureuses de nous aimer. Alors je tuai. Je tuai. Déchiquetai. Ecorchai. Bref. Tuer quoi. -.- Mes yeux devaient briller à cet instant. Je pense en tout cas… Briller de sadisme et de perversité à mon tour.

    Elle a des milliers de rêves en tête,
    Elle voit d'autres ciels à sa fenêtre,

    Elle est comme toutes les autres à son âge,

    Elle voit trop de princes qui sont de passage et qui l'aiment sans poser de questions,

    Qui promettent et qui oublient son nom...


    Et là… Sans crier gare… Sans un souffle, sans un soupir, elle glissa sa main dans la mienne, me fixant de ses yeux pâles. Je ne peux rien faire Luka. Je ne peux pas t’aimer. Je ne peux… pas te détester. Je ne peux pas te dégouter. Je ne peux… Je ne peux… que t’aimer. Je t’aime Luka. Je t’aime. Tellement… Tellement que j’en viens à me haïr moi-même. Je me hais de t’aimer. Je me hais d’être le futur instrument de ton chagrin. Un jour ou l’autre, tu partiras. Je partirai.

    Pourquoi tu pleures ?
    Parfois je me déteste...

    Pourquoi tu pleures ?

    C'est tout ce qu'il me reste..


    Et si… J’étais juste cette femme passagère que tu aimeras l’espace d’une saison ? D’un hiver ou d’un printemps ? L’automne t’apporterait mes baisers. Et l’été mes caresses. [Stop Ali… Calme toi.] Nous sommes toutes les deux trop difficiles pour arriver à nous aimer. Resserrant mon étreinte sur sa main fébrile, je pleure. Mes larmes se fondent à leur tour à la pluie qui nous servait de baptême.



« Je... t'ai...me Luka. Je ne sais pas le dire. Je le dis tellement mal, c'est vrai... »

. . . . . . . . . . . « Je t'aime. »


Et tu pleures mais c'est chacun son tour, on a tous été seuls un jour...



Tu es belle de ce que tu feras, le bonheur ne s'achète pas...


Pourquoi tu pleures?

Pourquoi tu pleures?

...

Parce que je ne sais pas t'aimer.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Lun 17 Aoû - 23:57

    Bella. Ma fille ma bataille... Faudrait pas qu'elle s'en aille...

    Bella... Ma Creation qui ne l'etait pas...

    Bella... Unique objet de mes desirs...

    Bella...

    Je m'emporte.. Je m'egare... Allez viens j't'emmene au vent... Viens je t'emmene par dessus les gens... Mais je voudrais que tu te rappelle, notre amour est eternel... Mais pas artificiel. Jamais artificiel.

    Bella...

    Ma belle Vampire avait plantée ses dents dans la malheureuse proie, et alors qu'elle s'en delectait, mon abominable compagne mangemort la vira sans préavis, se debrouillant seule avec la victime. Tant pis. Moi je n'en voulais pas. Moi j'avais mieux a faire. Et puis...
    Je comprennais pourquoi elle faisait ça. Je l'avais vu tuer avec plus de rafinement par le passé... Elle voulait la faire fuir. Luka... Objet de nos pensées a toutes je suppose. Que faisait-elle la.

    Qu'as tu Luka ? Agneau au milieu des louves. Si intelligente. Si loin de nos mondes. De notre cruauté. Luka... Tu n'as pas ta place. Et tu ne la gagnera jamais...

    Bella, elle. L'autre pas moi. Avait gagnée sa place. Elle serait mon bras droit quand je m'avancerais menacante sur le champs de bataille de la guerre en cours. Bella elle... Avait sa place dans mon coeur. Et dans mes bras. D'ailleurs... elle venait de resserer les siens autour de moi. Et je serrais a mon tour mon etreinte.

    La nuit touchait a sa fin et elle levait ses yeux vers moi. Implorant. Sans un mot je baissais mon cou a porté de ses dents. Je l'avais compris. Et j'etais heureuse qu'elle me morde. Heureuse d'etre sa proie.. Heureuse de...

    Un regard vers le soleil. J'ignorais totalement Alienor et sa proie, sa compagne, la faible Luka qui mourrait un jour ou l'autre, et je me penchais legerement... Une fois de plus vers Bella, goutant a ses levres, juste un baiser sur leur coin... A demi sensuel. Totalement chargé en sentiment...

    - Bella..

    Ma voix etait douce. calme. Posée.

    - Il se fait tot...

    Et ces quelques mots voulaient tout dire. Je voulais qu'elle me demande de l'accompagner. Qu'elle me dise, "non je ne pars pas", qu'elle m'emmene avec elle de l'autre coté des mirroirs... Mais non. Ca n'arriverait pas encore n'est ce pas ?

    Qu'allais-je faire moi de la suite de ma nuit ? Ma matinée ? Mes jours...

    Bella... Reste avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Mar 18 Aoû - 18:34

    Rien n'est jamais acquis à l'homme. Ni sa force. Ni sa faiblesse ni son cœur. Et quand il veut serrer son bonheur il le broie.



      She's dangerous.



    Il n'y a pas d'amour heureux.


      She's the passion...


    Ou l'inverse... ?


    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


    Bella - - Bella




    Et quand il croit ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix.
    Sa vie est un étrange et douloureux divorce.




    Il n'y a pas d'amour heureux.



    Je ne croyais pas aux puissances du monde. Pourtant j'en avais une devant moi. Ou presque. Non. C'en était une. Pour m'avoir fait tomber. Elle l'était. Bella. Bella, comme si ton nom pouvait s'effacer de mes lèvres. Comme si tu pouvais m'échapper. Comme si tu pouvais me vaincre. Comme si... Comme si... Tu es belle Bella. Plus belle encore que ton nom. Plus belle que les déesses immortelles et les chasseresses assassines. Tu es plus belle encore que les étoiles les plus brillantes.



    Sa vie, elle ressemble à ces soldats sans armes qu'on avait habillés pour un autre destin.



    A quoi peut leur servir de se lever matin ? Eux qu'on retrouve au soir désœuvrés incertains.




    Dites ces mots. Ma vie. Et retenez vos larmes.



    Il n'y a pas d'amour heureux...

    J'étais bien loin de penser que je pourrais un jour m'éprendre éperdument d'une femme comme ça. D'une mangemort conformiste et dont les idéaux se résument au sang et à la souffrance d'autrui. Au fond... Ils ne différaient pas beaucoup des miens. Le sang... La souffrance... La mort. Je pouvais dès l'or me déclamer sans coeur. Ou si j'en avais un, il ne battait plus. Ou plus que pour elle. Presque. Je pensais alors à Edéis. Elle qui enivrait aussi mes nuits. Mais c'était pas pareil. Jamais. Je ne trouvais une similitude entre mes amours. Les plus belles amours de ma vie.


    Je songeais aussi à Luka, qui vivait les mêmes histoires que moi. Eh Bella. Ouvre les yeux. Si tu m'aimes. Comment je fais moi ? Comment je peux faire pour t'aimer ? Toi qui es si puissante. Toi qui a en toi la vaillance et la force qu'il me faudrait à présent. Toi qui es mienne. Parle-moi. Dis-moi.


    Mon bel amour mon cher amour ma déchirure. Je te porte dans moi comme un oiseau blessé.

    Et ceux-là sans savoir nous regardent passer. Répétant après moi les mots que j'ai tressés.


    Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent.




    Il n'y a pas d'amour heureux.


    Je suis trop malhabile pour aimer. Eloignes-toi de moi Bella. Eloignes-toi avant d'être malheureuse.... Non. Ne pars pas. Reste. Je devais m'éclipser moi. J'en avais oublié Luka, sa mangemort et la proie. Je ne voyais plus que nous. Perdues dans l'obscurité de la ruelle, je la mordis. Elle me tendit son cou et je la mordis. J'aimais ça. J'aimais tellement. Mais ses lèvres provoquaient chez moi encore plus de désir et de volupté encore que son cou.

    Bella. Si j'avais une plume, j'inscrirais ton nom sur tous mes parchemins. Je graverais ton nom dans l'écorce des troncs d'arbres. Je crierais ton nom aux nuages et aux étoiles. Oui, oui, je suis amoureuse. Amoureuse transie même. Et... Trop sentimentale et trop fleur bleue. ça me perdra. Enfin, passons.



    Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard. Que pleurent dans la nuit nos cœurs à l'unisson.


    Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson. Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson.



    Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare.



    Il n'y a pas d'amour heureux.


      « Bella... Il se fait tôt. »



    Oui. Je sais. C'est bien pour ça que je dois partir. Sinon, crois bien que je n'hésiterais pas à fuir Poudlard pour te suivre dans tes folles cavales.



      « Je pars. »



    Ma voix était froide, glaciale même. Je fichai mon regard dans le sien, le temps d'un soupir. D'un... faux soupir. Disons plutôt que si j'en avais eu la possibilité, j'aurais soupiré à cet instant. Oui, c'est mieux dit. *sbaff* Mais voyant sa mine dépitée, je l'embrassai à nouveau. Avec plus d'ardeur cette fois-ci. Comme à notre première fois. Me hissant sur la pointe des pieds, je goutai une énième fois à ses lèvres. Je ne savais pas quand cette occasion allait se reproduire... Alors. Mieux valait. Si je mourrais demain... ? Si elle... ? Si...


      « Je t'aime Bella. Et grâce à toi, je repars avec quelque chose que je n'avais pas avant ce soir. »



    Effleurant sa main, je baissai les yeux.


      « L'espoir Bella. » Murmurai-je avant de disparaitre une nouvelle fois dans l'obscurité.





    Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur. Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri. Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri.

    Et pas plus que de toi l'amour de la patrie. Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs.



      Il n'y a pas d'amour heureux.
      Mais c'est notre amour à tous les deux.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Mar 18 Aoû - 19:20

    K n o c k i n g. O n. H e a v e n s. D o o r s.


    Elle écrit son journal Sur un cahier d'écolier Elle écrit à la flamme D'une bougie parfumée Les secrets de son âme Les sentiments qu'elle tient cachés C'est son carnet de bal Lorsque la vie la fait danser.

    Elle écrit ce qui lui fait mal Dessine un cœur, des initiales Dans son journal
    Elle écrit tout ce qui la blesse Ce qu'elle a pris pour pris pour des promesses Les mots, les gestes

    Les mots, les gestes


    Elle écrit son journal Le soir, c'est sa boite à musique Elle écrit et le sable Qu'elle a dans les yeux la pique
    Alors elle met les voiles Et souvent, le jour la surprend Endormie à sa table Parmi ses rêves d'enfant

    Elle écrit ce qui lui fait mal Dessine un cœur, des initiales Dans son journal
    Elle écrit tout ce qui la blesse Ce qu'elle a pris pour pris pour des promesses Les mots, les gestes

    Les mots, les gestes



    ____________


    Elle brillait. Mon etoile. Ma belle etoile sanguinaire. Elle brillait. Non pas de la brillance de la pureté... Non... Elle brillait de sadisme et de perversité. Elle brillait et cette clarté assassine aurait du m'eloigner d'elle. Moi l'etoile solitaire, etoile du matin, blanche comme l'agneau sacrificiel, pure comme la neige... Moi, qui luttait pour le mien et qui mourrait pour mes idéaux. J'aurais du fuir de ce trou noir que causait mon amour. Mais...

    Elle etait la. Et comme un aimant... Comme un amant. Je ne pouvais pas la quitter.

    Alors j'avais glissais ma main dans la sienne. Et je la fixais du regard. J'etais peut etre un agneau mais elle ne serait pas mon boureau. Non.. J'etais meme sure que ce serait le contraire. Car moi je savais le mal qu'aimer pouvais faire. Elle... Elle n'etait qu'une page blanche que le temps avait souillé... Page blanche en amour en tout cas. Creature intouchée au plus profond de son coeur. Et j'etais la fleche qui causerait ses blessures.

    Pour ça... Je me haissais.

    Je ne voulais pas lui faire de mal. Elle etait si belle. Si belle. Si pure.

    De l'autre coté de la rue. Bella & Bella. Se faisaient leurs adieux. Elles s'aimaient elles aussi. Comment le pouvaient elles ? Une vampire, une meurtriere. Les mauvais aussi ont le droit de gouter au bonheur d'aimer.

    Au malheur...

    Mon Aliénor pleurait. Et plus rien d'autre n'existait.

    « Je... t'ai...me Luka. Je ne sais pas le dire. Je le dis tellement mal, c'est vrai... »

    . . . . . . . . . . . « Je t'aime. »


    - Alienor.

    Ma voix etait douce et delicate, et je me mettais sur la pointe des pieds pour deposer un chaste baiser surs ses levres, mon pouce essuyant les larmes de ses joues.

    - Tu ... Le dis tellement bien que mon coeur fond devant tes paroles.

    Un leger sourire sur mon visage, je ne lachais pas sa main, et l'autre main [la mienne], je la laissais trainer dans ses cheveux, amenant une nouvelle fois mon visage vers le mien. En un nouveau baiser. Chaste mais sensuel. Amoureux. Et chargé en sentiment.

    - Je t'aime aussi tu sais...

    J'etais triste soudain. Je ne voulais pas la perdre. Je voulais... Fuir a ses cotés. M'installer... Seule a seule avec mon aimée... Tout oublier. Tout fuir. Tout quitter.

    Rien n'etait possible.

    Mais... L'impossible etait le plus beau.

    - Je te donne ma vie.

    Et je pesais mes mots...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Mar 18 Aoû - 21:56

      'Cause I love you Luka...



    Ne me quitte pas.


      ... " Ne me quitte pas. "...


    Ou je mourrai.


    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


    Luka - - Aliénor




    Ne me quitte pas. Il faut oublier. Tout peut s'oublier. Qui s'enfuit déjà. Oublier le temps. Des malentendus.

    Et le temps perdu. A savoir comment. Oublier ces heures. Qui tuaient parfois. A coups de pourquoi. Le cœur du bonheur.



    Ne me quitte pas.


    Moi, Aliénor de Narsès, j'aspirais jadis à devenir une de ces figures emblématiques de notre siècle. Être une ombre machiavélique au service du mal et de ses partisans. Moi, Aliénor, j'aimais la souffrance et éprouvais une intense volupté à voir mes victimes cracher leur sang ou leurs entrailles, avant d'agoniser silencieusement ou d'implorer leur bourreau de leurs yeux larmoyants. J'aimais les voir ramper jusqu'à mes pieds, une trainée écarlate derrière eux, pour supplier la sadique que j'étais. Oui, vous avez le droit de le dire... Je suis sadique. Implacable. Perverse. Et méchante. Moi, je n'adorais qu'un dieu. Je n'avais caché mes idéaux à personne.

    Moi, Aliénor de Narsès, pourtant. Je suis tombée amoureuse. Et ça me fera sûrement tomber à mon tour. Néanmoins, je ne pouvais pas m'y résoudre. Rien à faire. J'agissais en amoureuse éperdue. Je parlais en amoureuse. Mais j'aurais voulu nier cette évidence. Inachever cette idylle inavouée. La laisser tomber. L'effacer comme la gomme efface les lettres. Enfin retrouver mon caractère d'antan. Froide et distante. Sans sentiment et sans âme.


    Moi je t'offrirai. Des perles de pluie. Venues de pays. Où il ne pleut pas. Je creuserai la terre.

    Jusqu'après ma mort. Pour couvrir ton corps. D'or et de lumière. Je ferai un domaine. Où l'amour sera roi.


    Où l'amour sera loi. Où tu seras reine.


    Ne me quitte pas.



    Oui, j'étais précisément l'opposée de Luka. J'étais aussi sadique et manipulatrice qu'elle n'était douce et pacifique.

    Dis-moi Luka. Toi qui connais bien l'amour. Dis-moi que les rêves ne se matérialisent pas. Dis-moi que ton blanc peut s'épouser au noir que je représente sans que notre idylle devienne source de railleries autour de nous. Quoique non. J'étais marginale, autant qu'elle. J'aimais l'idée de révolter le fait de ne pas pouvoir aimer lorsque l'on choisit le côté obscure. Qu'importe ceci dit. Dis-moi aussi que le secret entretient le désir. Parce que ça, je le sais.

    Dis-moi que tu ne me quitteras jamais.

    Je n'attends... Que ça.

    Ne me quitte pas. Je t'inventerai. Des mots insensés. Que tu comprendras. Je te parlerai. De ces amants-là.

    Qui ont vu deux fois. Leurs cœurs s'embraser. Je te raconterai.


    L'histoire de ce roi. Mort de n'avoir pas. Pu te rencontrer.



    Ne me quitte pas.


        « Aliénor. »



    S'approchant de moi, Luka vint poser ses lèvres contre les miennes. Les siennes étaient douces. Voluptueuses. Sensuelles. Humides et fraiches. J'en avais tant de fois rêvé. J'avais rêvé de tant d'instants comme ça.

    Sa main sécha ma joue brillante de larmes, tandis que je pus m'abandonner à la rêverie de son visage. J'étais ravie de pouvoir contempler avec respect et adoration sa beauté qui serait, selon certains poètes, éphémère. Le mot belle avait été inventé pour lui aller. Il avait été inventé pour elle. Pour qu'elle le porte. Et elle le portait. Si bien.


        « Tu ne seras jamais plus belle qu'à cet instant Luka. Tu ne seras jamais aussi belle que maintenant. »



    Puis, prenant à mon tour son visage entre mes mains tremblantes, je baissai les yeux pour y laisser luire une dernière fois la larme de mes amours. C'est si beau une larme. Au fond. Quel sacrilège que d'en laisser couler une le long de la joue d'une tueuse. D'une sombre meurtrière à la baguette assassine. Mais je m'en fichais. Je n'avais pas souvent pleuré. Je pensais même les avoir toutes taries avec le temps. Mais non. Il m'en restait encore à faire perler. Pour Luka. Elles avaient une autre valeur.

    Luka, tu as eu mes plus belles larmes.


    On a vu souvent. Rejaillir le feu. De l'ancien volcan. Qu'on croyait trop vieux.

    Il est paraît-il. Des terres brûlées. Donnant plus de blé. Qu'un meilleur avril.


    Et quand vient le soir. Pour qu'un ciel flamboie. Le rouge et le noir. Ne s'épousent-ils pas ?



    Ne me quitte pas.


        « Tu ... Le dis tellement bien que mon cœur fond devant tes paroles. »



    Sourire sur ses lèvres. Moi je ne pouvais pas sourire. Je ne savais pas sourire. Pas... Et je ne voulais pas surtout. J'étais triste. Triste de la quitter, mais peut-être encore plus triste de l'aimer.


        « Je t'aime aussi tu sais... »


        « Luka... Dis-moi que tu ne me quitteras jamais. »

        « S'il te plait... »


        « Je te donne ma vie. »



    Cette phrase avait pourtant de quoi me faire plaisir. Mais à l'entente de ces mots enflammés, mon visage se ferma. Je recule. Des larmes pleins les yeux. Moi aussi.


        « Je tuerai celui qui te la prendra. »



    Ma voix se voulait glaciale. Mais cependant emplie d'une certaine tendresse que je me connaissais pas.


        « Je crois que tu devrais partir. Bella s'en va. Suis-la jusqu'au château. Ou vous aurez des ennuis... C'est du vécu. »



    Un sourire sincère s'esquisse alors sur mes lèvres... Enfin. Je lui souriais. Je l'aimais. & la protègerais de tout. Même d'elle-même. Caressant tendrement son visage, je ne regardais même plus Bella & Bella. Elles aussi s'aimaient & auraient voulu fuir ensemble. Mais comme nous, elles ne pouvaient pas. C'est tragique la vie non ? Alors que la mort est si paisible... Enfin. passons.


        « Pars petite biche. » Rajoutai-je dans un sourire forcé.



        « Pars Ma Luka aux yeux gris. »



    Après cette nuit, oui, j'en avais la certitude. J'étais sienne. Vulnérable et sensible. Quoi, sensible ? J'ai dit ça moi ?...

    Ne me quitte pas.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   Mer 19 Aoû - 2:59

    Ne ... T'en vas... Si tu m'aimes... T'en vas pas.




    « Je pars. »

    Une sentance. Le Glas. Sonne l'heure... Et je demeure. Sous le pont Mirabeau peut bien passer la seine. Ma nuit s'en va et sonne l'heure... Moi je demeure.

    & Je demeure...


    Seule. Dans la nuit sans personne. Que mes pas qui resonnent...

    Retiens toi Bella. Elle n'est pas encore partie. Elle est encore la ta belle. Ta dulcinée. Ta bien aimée. Elle s'en va certes. La ou tu ne peux la suivre. Mais elle t'aime... Tu l'aime. Pourquoi en faire un drame. Bella. Bella. L'histoire d'un amour... Mais tu as peur Bella. Oui... J'ai peur...

    Je restais la. Immobile, la regardant de mon regard si doux, si loin de la folie qui l'habitait jadis. Tu me donne l'esprit Bella. Tu sais me rendre moi.

    « Je t'aime Bella. Et grâce à toi, je repars avec quelque chose que je n'avais pas avant ce soir. »

    Elle efleura ma main et je baissais les yeux en meme temps qu'elle. Qu'avais je pu lui donner, moi qui n'avait rien. Moi qui pour patrie n'avait que ma haine. Moi qui pour ideaux n'avait que ma tristesse...

    « L'espoir Bella. »

    Un dernier murmure. Elle disparaissait.

    Et seule ce soir... SI seule ce soir... Reviens moi Bella. Je ne suis rien sans toi.

    J'etais seule avec mes soupirs... Je t'aime Bella...

    Dernier soupir. Dernier sourire. Elle disparaissait vers ce chateau qui m'avait volé ma jeunesse, et je lancais un dernier regard a Aliénor et Luka, avant de disparaitre a mon tour en silence. Dans la nuit. Mes pas claquaient sur le sol, Je m'en fichais. Qui viendrait se frotter a moi ? Qu'il ose . J'etriperais. Je tuerais. Tout comme je tuerais le premier qui la touche. Je n'etais pas aveugle... D'autres partageraient sa couche. Elle ne serait jamais a moi. Mais je l'aimais quand meme... Et j'avais besoin d'elle...

    Et j'avais besoin d'aide...

    Besoin d'amour.


    - Je t'aime Bella.

    Ce n'etait qu'un murmure, je m'adressais au vent. Mais elle... l'entendrait... Car elle le savait n'est ce pas ?



    " Pourquoi faut-il que l'amour qui est si doux d'aspect, mis à l'épreuve, soit si tyrannique et si brutal ?"



_____________
Fin pour Moi
_____________


[Hj : Desolée... C'est tout court.... ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je me livre en Aveugle au destin qui m'entraine [chouquettes psychopathes *__*]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» (alika) + je me livre en aveugle au destin qui m'entraine.
» NUMÉRO QUATRE - Le Destin de Dix
» Fête du Livre
» Caniche F Toy âgée, sourde, aveugle va mourrir en fourrièr
» Caniche moyen et aveugle env. 8 ans ( frelinghien 59)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard-School :: Hors Poudlard :: Pré au Lard-
Sauter vers: