Poudlard-School est un RPG sur Harry Potter.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la poursuite de son objectif [PV Mat']

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Lun 8 Juin - 0:02

« Don't let him go... »

« . »


Les années avaient passées, et pourtant, Pré au Lard n'avait presque pas changé en douze ans... L'Angleterre avait manqué à Alan. D'une certaine façon,sa fuite ne l'avait pas aidé à oublier le passé, bien au contraire. Lorsqu'il avait été en fuite, les souvenirs de ses années passées à Poudlard, et de cette année passée au service des mangemorts lui étaient constamment revenus en mémoire. Tout était si intact dans sa mémoire, qu'il lui semblait avoir quitté ces lieux la veille... Et pourtant...

Cela faisait déjà douze ans qu'il n'était pas venu, douze longues années pendant lesquelles il avait été obligé de fuir, de se cacher pour tenter d'épargner sa vie. Douze années pendant lesquelles il ne savait pas ce qui était arrivé à son fils, puisqu'il l'avait confié à un orphelinat avant son départ. Douze années maintenant qu'il cherchait un moyen quelconque de revenir dans sa vie.

Et aujourd'hui, Alan n'en pouvait plus : Sa nouvelle obsession était son fils, ce petit garçon de Serdaigle qu'il avait vu sur le quai de la gare avant son départ pour Poudlard. Depuis un peu plus d'un mois maintenant, Alan savait enfin à quoi ressemblait celui qu'il avait abandonné quelques années plus tôt. Et à sa plus grande surprise, celui-ci ressemblait beaucoup à sa mère.

De ce qu'il avait vu de lui, le petit garçon avait ses yeux. Mais ce n'était pas le moment de se remémorer la beauté de sa mère, ni même son amour pour elle. Sa mère était morte, celle qu'il avait seulement aimée n'était plus de ce monde, et Alan s'était fait une raison.

La seule chose qu'il lui restait d'elle était aujourd'hui leur fils, qui semblait maintenant avoir plus que besoin de lui. En effet, même si Alan avait constaté avec plaisir que son fils éait en bonne santé, et qu'il était lui aussi un sorcier, il avait malheureusement constaté qu'il semblait ne pas avoir été convenablement. Mathew semblait gentil, un peu trop même... Avait-il été adopté, et élevé par une famille moldue ? Ca serait la pire chose qui aurait pu arriver à ce père qui les haissait plus que tout.

La seule exception à cette haine était décèdée douze ans plus tôt, et aujourd'hui, malgré son statut de mangemort en fuite, Alan n'en pensait pas moins des moldus. Il les haissait toujours autant, si ce n'était plus. Ce n'était pas de sa faute, après tout, s'il était supérieur à eux.

Mais son fils, lui, ne semblait en aucun cas ce sentir supérieur aux autres. Ces choses là se voyaient, chez les individus. Les forts avaient la tête relevée fièrement, et exprimaient sans complexe leur supériorité, tandis que Mathew semblait considérer les autres comme ses égaux.

Il n'y avait pas de doute, cet enfant avait besoin d'éducation, et c'était ce qu'Alan comptait bien lui donner, en le reprenant dans sa vie. Il allait l'éduquer, à la manière dont l'avaient fait ses parents avec lui, et ferait de ce petit Serdaigle le plus grand sorcier que tous aient connu.

Cependant, pour récupérer son fils, la tâche serait dure, Alan le savait. Il fallait d'abord qu'il entre en contact avec lui et ça ne serait pas chose facile... Pour commencer, il avait pris une chambre dans un hotel miteux du village si près de Poudlard. Il avait dans l'espoir qu'ainsi, au cours de ses ballades dans les rues, il trouve une excuse pour aller jusqu'à Poudlard, ou mieux encore, son fils en sortie avec l'école.

Ce jour là, Merlin devait avoir entendu ses prières. Il était aux alentours de onze heures ce matin là lorsquAlan sortit de son hotel pour se rendre au bar d'en face, où il comptait bien passer sa journée, lorsqu'il avait vu... plusieurs élèves !

Laissant de côté son besoin temporaire d'alcool pour passer le temps, le mangemort les avait suivi... Y avait-il une sortie ? Il n'en savait rien, toujours est-il qu'au détour d'une rue, il vit celui qu'il avait tant attendu quitter ses amis pour se rendre dans une autre rue plus loin. Saisissant l'occasion, alan s'était faufilé également jusqu'à la dite rue, et avait commencé à suivre son fils...

Qu'allait-il faire de lui ? allait-il l'enlever sur le champ, ou lui parler d'abord ? Il n'était sûr de rien, tout dépendrait de la situation... Alan n'était pas du genre à prévoir des plans, surtout lorsqu'une occasion comme celle-ci se présentait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Sam 13 Juin - 11:13

Mathew sortait de Poudlard pour aller à Pré au Lard. La ville des sorciers l'attirait énormément, et dés qu'il avait pu s'y rendre, il y était allé. Là il marchait tranquillement au miliue d'élèves sûrement aussi impatient que lui de se balader dans les ruelles animées de la ville qu'ils voyaient tous en contrebas. L'air était frais, il faisait sombre. Le vent soufflait dans ses cheveux et le jeune serdaigle acceptait sans bronché sa morsure glacial. Car la caresse froide contre sa joues était la seul qu'il n'avait jamais reçu.

Il se reconcetnra sur sa route et accéléra le pas, autant pour arriver pluq vite que pour ne pas se faire distancer par ses camarades. Il referma cependant son col car il commençait vraiment à faire froid. Arriver aux abors de la petit ville, le jeune garçon décida de quitter le groupe mais attendit qu'ils soient arriver sur la place centrale. Là il se répendu en excuse et quitta le groupe pour allé seul dans une ruelle adjacente.

Le coeur de Mathew battait à tout rompre. Il aimait cette liberté que lui procurait la solitude. Mais il n'aimait pas autant cette solitude que cette liberté. Il l'aurait volontier sacrifié si Emma Ever sa petite amie avait pu venir avec lui. Mais la jeune gryffondor était accablé par le travail et n'avait pu le suivre. Le garçon hocha les épaules, il lui ramenerait quelque chose pour compenser.

Night son chaton n'était pas non plus avec lui. Alors Mathew était encore plus seul et pplus libre qu'il ne pouvait l'êtyre. Ce qui, aujourd'hui, même si il l'gnorait, pouvait lui causé sa perte. Alors qu'il déscendait tranquillement la ruelle, il se mit à écouter les sentiments des autres. Les simple passants n'avaient pas d'émotions interressantes alors il se retira. Mais il revint bien vite ayant senti quelque chose d'étrange.

La vie est un long fleuve tranqille, mais jamais il n'oublierai ce mode de pensée violente. Même si il ne l'avait pas connu, même si il ne l'avait jamais vu, il le connassait aussi bien que Night. L'homme dont il parlait faisait partie de sa famille. Ca il en était sûr. Mais c'était tout. Car si il reconnassait ces sentiments, il ne savait pas qui les éprouvaient. Alors il tourna à l'angle de la ruelle. Certain que l'homme ou la femme d'ailleur en question le suivrait. Mais qui était-il pour être à la fois si familier et si étranger?

Lorsque qu'il pénétra dans la sombre ruelle d'où les cris des passants parvennaient faiblement, Mathw se retourna. Il n'était plus seul? A vrai dire il ne l'avait jamais été. Un homme se tenait là devant lui. Qui pouvait-il être? Que lui voulait-il? L'homme approchait, il allait bientôt le savoir.



[HRP: si tu pouvais éviter de revenir à chaque fois sur le passé pour tes prochain post je t'en serais gré car j'ai parfois du mal à suivre dsl! Merci sinon j'adore ton début il est génial, juste, Alan ne supporte d'habitude pas une autre maison que serpentard et ne comprend pas que son fils soit à serdaigle^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Dim 14 Juin - 19:09

Alan errait dans les rues de Pré au Lard, sans savoir où tout cela le mènerait. Non, il ne connaissait pas sa destination. Pourquoi ? Parce qu'il se contentait à cet instant de suivre quelqu'un... Un élève de Poudlard. Cet enfant, il était censé le connaître, puisqu'il était son fils, mais il n'en était rien. Non, il ne le connaissait pas, parce qu'il l'avait abandonné et laissé aux mains d'une éducation moldue douze années plus tôt.

C'était une chose qu'il regrettait plus que tout, aujourd'hui, lui qui haissait tant ces personnes. Mais voilà, il n'avait pas eu le choix à l'époque, et désormais, la seule chose qu'il pouvait faire pour se rattraper était de récupérer son fils, et de l'éduquer. Seul. Comme il l'entendait.

Son fils n'était pas réellement mal élevé, non. Pour les autres, en tous cas. Cependant, selon Alan, l'attitude et le caractère de son fils étaient inadmissibles. Le jeune homme était en effet quelqu'un de bien trop gentil avec ses semblables, la preuve en était qu'il avait été placé à Serdaigle, et non pas Serpentard. Pourtant, Serpentard avait été la seule maison qui aurait pu apprendre à son fils la rigueur et la sévérité dont il avait besoin. Au lieu de ça, il se retrouvait coincé avec des élèves tous les plus intelligents les uns que les autres, devant lesquels il ne pouvait en aucun cas montrer sa supériorité en matière de magie.

Qu'est-ce qui faisait dire à Alan que son fils était supérieur aux autres ? Rien, bien sûr, si ce n'était ses origines. Il était son fils après tout, et rien que pour cela, Alan était persuadé que le Serdaigle était un grand sorcier, qui deviendrait rapidement aussi doué que son propre père lorsque celui-ci aurait reprit son éducation en mains.

Mais pour cela, encore fallait-il qu'Alan puisse parler à son fils... Et ça ne serait pas chose facile ! Cela faisait plusieurs semaines maintenant qu'il s'était installé dans cet hotel miteux avec la ferme intention de retrouver celui qu'il considérait comme son nouvel objectif, sans avoir trouvé de moyen de le faire. Cette vision du groupe d'élève qu'il avait eu en se rendant au bar d'en face avait été comme un miracle pour lui. Il avait donc commencé à suivre son fils, sans que celui-ci ne se rende compte de sa présence, dans un premier temps.

Le jeune homme et son père avaient descendu le long d'une ruelle remplie de passants, dans laquelle Alan se fondait dans la masse. Du moins, c'était ce qu'il croyait. Mais, d'un seul coup, son fils tourna à l'angle de cette ruelle, et Alan en fit de même.

La nouvelle ruelle dans laquelle ils étaient était bien sombre, et les passants ne feraient certainement pas attention à eux d'ici. Le bruits de leurs pas et de leurs voix n'arrivaient que faiblement aux oreilles d'Alan, qui avait maintenant les yeux rivés sur son fils. Celui ci se retourna, et Alan s'approcha de lui, baguette en mains.

Il songea une première fois à lui lancer un sort, pour s'assurer que son fils n'opposerait aucune résistance, mais après un instant de réflexion, le mangemort pensa qu'il valait mieux commencer de manière... civilisée. Ainsi, lorsqu'il fut assez proche de son fils, il lui adressa un regard noir et profond, sans lui sourire, ni même sans prendre la peine de sembler aimable. Alan n'était pas habitué à l'amabilité. Il ne l'avait jamais connue, et l'avait pratiquée seulement en compagnie de la mère du jeune homme face à lui à cet instant.


- Bonjour Mathew.

Il n'ajouta rien, préférant plutôt voir la réaction de son fils, et si celui ci allait deviner qui il était. Il désirait toujours la même chose, l'enlever, l'éduquer, mais pour cela, il souhaitait d'abord parler avec son fils et lui exposer en toute sincérité ce qui l'attendrait... qu'il le veuille... ou pas ! Il ne l'éduquerait pas par amour, mais simplement pour faire de lui ce qu'il devaitt être : un sorcier puissant, et craint par tous ?

- Sais-tu qui je suis ? demanda-t-il alors avec un ton toujours aussi froid et neutre.

Fixant le jeune homme qui semblait si fragile devant lui, Alan relâcha sa garde et baissa sa baguette. Son fils n'avait pas l'air bien méchant, ni bien réactif. Avait-il hérité en partie de l'incapacité de sa mère à faire le mal ? Si tel était le cas, le travail d'Alan s'avèrerait plus difficile, malheureusement. C'était déjà peu avantageux pour lui que son fils soit à Serdaigle, le travail serait dur pour faire de lui quelqu'un...

_________

[HJ : J'espère que ça te convient, sinon envoie moi un mp pour que j'édite !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Dim 14 Juin - 21:52

Mathew regardait l'homme qui s'avançait vers lui. Sa baguette était pointé vers lui, mais ne semblait pas le menacer. Il serra les dents. On l'avait bel et bien suivit. Mais pourquoi? Que voulait-il? Qui était-il? Ses sentiments exprimmés de manière bizarre laissaient penser à quelqu'un qu'il devait connaître ou avait du connaître. Mais le résultat était là, il ne le connaissait pas. Le jeune garçon recula de quelques pas. Son corps voulu trembler mais Mathew l'en interdit.

L'homme se rapprochait de plus en plus, le regardant avec noirceur. Il parraissait apu avenant et Mathew sortit sa baguette. Quand à l'autre sorcier, il avait baissé sa garde. La première intention du jeune serdaigle fut de lancé un sort et de s'enfuir. Mais il s'aperçut rapidement que c'était iréalisable. En effet l'homme semblait avoir la trentaine. donc il était plus âgé que lui. Donc plus rapide, et sûrement aussi plus fort en magie que lui. La fuite n'était donc pas un bon moyen. Il aurait pu hurler mais sa fierté l'en empêchait. Il aurait bien voulu la faire taire mais non, il ne hurlerait pas. En plus les autres passants étaient loin, trop loin.

L'homme était à présent juste devant lui. Son regard froid se déversait dans les yeux bleus de Mathew. Il frissonna. L'inconnu ne semblait pas aimable. Pourtant dans ses sentiments il y avait une sorte d'amour. Il n'était en rien comparable aux autres amours, quelque chose de personnalisé peut être. Le jeune serdaigle le regarda dans les yeux avec un air de défi. Quand l'homme lui dit:


- Bonjour Mathew.

Sa voix grave résonna dans sa tête. Elle était gutturale, donc pas douce, pas apaisante. Il n'y avait rien d'apaisant d'ailleurs dans cet homme. Ni son allure, ni son regard, ni sa voix, ni ses sentiments. Absolumen rien. Mathew ne répondit rien, parce qu'il ne pouvait pas ouvrir la bouche tellement il était paralysé sur place. Alors l'homme lui demanda si il savait qui il était. Mathew fit un signe de têt. Non il ne savait pas. Et quelque chose en lui désirait ne pas savoir pour pouvoir s'enfuir. Alors il empoigna fermement sa baguette et lança un sort:

-Petrificus totalus!

Evidement, l'homme ne se figea pas, il ne se passa rien du tout. Alors la le jeune homme laissa libre court à sa peur. Son corps se mit à trembler violement. Sa main lacha sa baguette qui tomba à terre dans un bruit sourd. Ses jambes bougèrent bizarrement. Il faillit tomber. Mais il se reprit. Mathew se mit à courir. Et malheureusement pour lui, comme dans la plupart des films de moldus, il trébucha. S'étalant de tout son long, il sentit la terre sur son visage. Ses vêtements se déchirèrent. Il se retourna et vit l'homme avancer vers lui d'un pas décidé. Sa bouche voulu crié mais seul un faible son sorti. Il était pris au piège, et personne ne pouvait l'aider.


[HRP: non ton poste va très bien tu n'es pas revenu trop en arrière c'est super merci (en fait pour le prochain, ne reprend pas du début genre qaund il se balade à Pré au Lard, mais juste quand il dit bonjour à Mathew et la réaction du jeune homme) parce parfois quand on revient trop sur le passé ça embrouille^^ merci encore ton poste je l'adore!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Dim 14 Juin - 23:19

Alan n'avait pu suivre son fils plus longtemps, puisque celui-ci s'était arrêté dans une ruelle à l'écart de toute la foule et qu'il s'était tourné vers lui. Alors, Alan s'était avancé de lui, sans aucune hésitation. Il avait gardé sa baguette en mains, en songeant au départ que son fils lui opposerait une certaine résistance.

Cependant, pour le moment, Mathew s'était s'implement contenté de reculer à mesure qu'Alan lui même avançait. Alan pouvait facilement voir, dans les yeux et dans les frissons qui parcouraient le corps de son fils, qu'il lui faisait peur. Pourtant, là n'était pas son intention.

Mais malgré tout, il ne pouvait se montrer plus affectueux, ou plus avenant, puisque le visage d'Alan avait été et était toujours aussi dur, sans parvenir à se détacher de cette image froide qu'il dégageait.

Son salut n'avait pas semblé avoir rassuré son fils, puisque celui-ci restait désormais immobile. Aucun doute, Mathew était effrayé. Par son propre père. Quelle ironie. Mais que le jeune homme ne s'inquiète pas, Alan ne lui voulait que du bien. Il voulait simplement donner à son fils le statut de sorcier respecté auquel il avait droit.

Alors, Alan avait tenté de savoir si son fils l'avait reconnu. Mais celui ci lui indiqua d'un signe de tête que non. Dommage. Alors qu'Alan allait lui révéler qui il était, son fils fit enfin preuve d'initiative et tenta de l'immobiliser.

Manque de chance, Alan avait gardé ses réflexes de mangemort. Il évita le sortilège, et vit son fils prendre la fuite à toutes jambes. Avant même qu'Alan aussi se lance dans la course, l'élève de seconde année trébucha, et s'écroula sur le sol.

Lentement, Alan s'approcha de lui, déclanchant une sorte de cri étouffé de la part de son fils. Se penchant sur lui, Alan soupira.


- Tu me déçois Mathew...

Il tendit sa main au Serdaigle, et l'aida à se relever, tout en lui pointant sa baguette sous le menton, pour qu'il ne bouge pas, sans quoi il n'hésiterait pas à lui lancer un sort.

- La première fois que je t'ai vu, je me suis demandé pourquoi tu n'étais pas à Serpentard, il me semble maintenant clair que tu n'es pas un élève bien rusé. Il me semble malheureusement que tu aies hérité de certains caractères moldus de ta mère... C'est regrettable, moi qui pensais qu'avec mon sang pur, tu pourrais devenir un grand sorcier... Mais ne t'inquiète pas, je remèdierai à ce problème. Tout comme je m'arrangerai pour te donner une éducation digne de ce nom.

Alan lança un regard perçant à son fils, avant de demander à nouveau :


- Es-tu certain de ne pas avoir une idée de mon identité, mon fils ?

Il lança au jeune homme un nouveau regard, bien plus sérieux cette fois-ci, attendant alors la réaction du Serdaigle face à lui.

- Je ne te veux aucun mal, tu n'as donc par conséquent pas besoin de te défendre de moi. Tout ce que je souhaite... C'est refaire ton éducation... à ma façon. N'est-ce pas une bonne nouvelle ? Tu vas enfin avoir un père présent à tes côtés pour t'élever.

Après ces mots, Alan adressa un suorire - peu rassurant - à son fils. Oui, il serait présent à ses côtés, quitte pour celà à forcer l'enfant à rester à ses côtés...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Lun 15 Juin - 23:04

Assis dans une position pitoyable sur le sol, le jeune Mathew vit l'homme s'abaisser à son niveau. Lentement, d'abord, en soupirant, puis un peu plus rapidement. Le jeune serdaigle était tétanisé. Il sentait presque le souffle de l'inconnu sur son visage. A moins que ce ne soit le vent qui carressait sa peau. Mais il n'avait pas le temps d'y penser. Alors l'homme soupira qu'il le trouvait décevant et l'aida à se relever. Ce geste ne rendit pas Mathew moins hostile. Il ne savait toujours pas ce qu'il lui voulait. Ensuite la baguette de l'homme se planta rapidement sous son menton. Elle était assez appuyé pour ne pas se faire oublier. Le jeune garçon déglutit en regardant la baguette magique. Il savait que l'autre n'hésiterait pas comme lui n'avait pas hésité à lui lancer un sort.

Ensuite l'étranger lui raconta la première fois qu'il l'avait vu. Il disait penser qu'il avait du sang de sa mère, une moldue, dans les veines et que c'était regrettable. Un doute s'insinua en Mathew. Un réalité qu'il avait alors refusé de voir. C'est homme était peut être son... NON! Ensuite il lui dit vouloir l'éduquer. La vérité s'imposa tout de suite au jeune garçon qui voulu crié tant il voulait qu'elle soit fausse. Son père ne devait pas le menacer avec une baguette, se devait être quelqu'un qui lui ferait un calin quand il le reverrait. Mais cette image du père parfait s'éteignit tout de suite ne laissant derrière elle que d'amers regrets.


- Es-tu certain de ne pas avoir une idée de mon identité, mon fils ?

La voix était dure, presque cruelle. Avec effroi, Mathew essaya de se libérer mais n'y parvint pas la poigne de son "père" était trop forte pour qu'il s'en dégage aussi facilement. Il eut un sourire peu rassurant et lui annonça d'un voix neutre:

- Je ne te veux aucun mal, tu n'as donc par conséquent pas besoin de te défendre de moi. Tout ce que je souhaite... C'est refaire ton éducation... à ma façon. N'est-ce pas une bonne nouvelle ? Tu vas enfin avoir un père présent à tes côtés pour t'élever.

Mathew le regarda dans les yeux et lui répliqua férocement:

-Ah oui? Alors lachez moi la main! Je suis bien comme je suis merci!

Pourquoi vouvoyait-il son père il n'en savait rien, mais pour l'instant le tutoyer revenait à accepter totelement cette idée de paternité, ce qu'il refusait. Il essaya de se dégager encore plu fort.

[HRP: ton poste était génial!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Dim 21 Juin - 14:09

Alan ne ressentait plus qu'un seul sentiment à cet instant : la déception. Oui, il était déçu. Déçu de voir les faiblesses de son fils, déçu de voir qu'il ne lui ressemblait pas et que le travail qu'il aurait à accomplir avec lui serait plus grand que prévu. Mais malgré tout, le mangemort cacha sa déception. Ce n'était pas l'instant de la montrer. Pour le moment, il se devait de récupérer Mathew, sans se poser plus de questions.

Le mangemort s'était approché de son fils, qu'il avait aidé à se relever et à qui il avait enfin avoué être son père, puisque le Serdaigle ne l'avait pas deviné. Cette révélation sembla horrifier son fils, qui tenta alors de s'échapper de l'emprise de son père mais en vain. Alan le tenait fermement, et il ne le laisserait pas partir maintenant, même s'il devait utiliser un sort pour s'assurer qu'il ne bouge plus !

Malgré tout, Alan avait tenté d'expliquer à son fils la raison pour laquelle il était là. Il ne lui voulait aucun mal, bien au contraire, et il fallait que son fils le sache. S'il était revenu aujourd'hui, c'était pour l'élever, et rien de plus. Mathew n'avait donc rien à craindre, puisqu'il aurait - enfin - une éducation digne de ce nom, et surtout digne des origines qu'il possédait.

Le petit garçon, qui semblait toujours autant apeuré, plongea son regard dans celui d'Alan. Il lui demanda de lui lâcher la main, puisqu'il s'estimait très bien comme il était. Alan éclata de rire. Un rire froid, à en glacer le sang de plus d'un moldu. Le petit commençait enfin à avoir du cran, c'était bien. Malheureusement, il n'en avait pas pour les choses utiles...

Mais le Serdaigle avait aussi vouvoyé son père, ce qui aurait pu en choquer plus d'un, mais ce n'était pas le cas d'Alan. Il se fichait pas mal que son fils le vouvoie ou non. Cela n'avait aucune importance. A quoi bon le tutoyer, de toute façon ? Mathew ne le connaissais pas. Pas encore, tout du moins. Et puis, le vouvoiement permettrait peut-être à Alan d'être sûr d'être bien respecté par son fils, tout comme il avait lui-même respecté son père durant son enfance.

Mais trève de plaisanteries, le mangemort ne supportait plus l'attitude de son fils, et surtout son obsession à vouloir se dégager de son emprise. C'est d'ailleurs pour cela que, sans plus attendre, resserrant encore plus sa poigne autour du frêle poignet du Serdaigle, le mangemort transplana jusqu'à sa chambre d'hotel.

Lorsqu'il arriva dans sa chambre, Mathew se débattait toujours. Mais ce n'était plus un problème maintenant. Il n'avait plus aucune chance de s'enfuir, et il écouterait attentivement ce que son père avait à lui dire.

A peine débarqué dans sa chambre, Alan lança un sort à sa porte. Il la verrouilla, et insonnorisa la pièce, pour que personne ne les entende, si cela venait à dégénérer ou si Mathew avait dans l'idée d'appeler à l'aide. Maintenant, au moins, le mangemort contrôlait la situation, et ce n'était pas un gamin de douze ans qui allait changer ça !

La pièce était sombre, Alan avait laissé les rideaux fermés, à son départ. Laissant Mathew une bonne fois pour toutes, le mangemort s'éloigna de lui et alla ouvrir les rideaux pour donner un peu plus de clarté à la pièce en très mauvais état. L'hôtel dans lequel il séjournait était miteux, les murs étaient dans un sale état, sans parler du sol, qui n'était sûrement jamais nettoyé, pas même à l'aide d'un sort.

Mais cette ambiance ne dérangeait pas le mangemort qui, il fallait l'avouer, avait été habitué à bien pire par le passé. Ici au moins, il avait droit à une salle de bains, et de l'eau chaude chaque jour, même si la pièce était commune à tout l'étage. Ici au moins, il avait une voisine de pallier avec qui il pouvait s'amuser un peu les soirs de grande solitude, sans avoir besoin de se faire prier.

Non, il n'y avait pas à dire, ici il était bien. Mais ça n'était sûrement pas le cas de Mathew, qui était désormais habitué au "luxe" de Poudlard. Qu'à cela ne tienne, ce n'était pas un problème, Alan n'allait pas empêcher son fils d'aller à l'école, et d'ici aux vacances de Noël, il espérait s'être trouvé un logement, même si celui-ci ne serait pas très glorieux - à l'image de cette même chambre - dans lequel il acceuillerait son fils. Peut-être allait-il même pouvoir récupérer le manoir familial, qui sait ?

Soupirant, le mangemort se retourna vers son fils, qui avait enfin cessé de gigoter dans tous les sens. Le Serdaigle restait silencieux, à regarder les lieux. La crasse était partout dans cette pièce, ça en était presque répugnant, et Alan décida quand même de faire bone impression à son fils. Son but n'était pas non plus de passer pour un crasseux devant lui.


- Récurvite !

En un clin d'oeil, toute la crasse et toute la poussière de la pièce s'évapora. Ne restaient en désordre que les affaires du mangemort, et les vêtements qu'il avait porté la veille encore au sol avec les sous-vêtements de sa voisine de pallier. Esquissant un sourire de satisfaction en repensant à la soirée de la veille, Alan poussa la pile de vêtements sous le lit.

Il rangea également sa bouteille de Whisky pur feu vide déposée sur sa table de nuit (et qu'il avait fini avec sa "camarade" la veille) dans son armoire, et rapprocha une chaise en direction de son fils. D'un simple geste, il lui demanda de s'asseoir, et ce sans prononcer le moindre mot. Mathew s'exécuta. Le Serdaigle devait avoir compris qu'il n'avait pas le choix.

Lançant un regard froid et sans pitié au Serdaigle, Alan reprit la parole :


- Je suis désolé pour le désordre, je dois t'avouer que je ne comptais pas réellement te montrer les lieux... Mais tu devrais te sentir plus à l'aise maintenant.

Adressant à son fils un sourire froid, et loin d'être sincère, Alan reprit :

- Il me semble que nous ne nous soyions pas très bien compris mon cher Mathew... J'aimerai par conséquent m'entretenir avec toi de quelques petits détails.

Alan, toujours debout, ne regarda plus le Serdaigle. Il alla s'asseoir sur son lit, faisant toujours face à son fils qui le fixait désormais sans broncher. Mais avant de parler de quoi que ce soit avec lui, Alan le regarda à nouveau et lui demanda, sur un ton plein d'ironie :

- Allons Mathew, souris un peu. N'es-tu pas heureux d'avoir enfin retrouvé ton papa ?

Alan s'amusait un peu, il devait l'avouer. Pourtant, ce qu'il faisait n'était pas un jeu, mais tout ce qu'il y avait de plus sérieux. Reprenant d'ailleurs son sérieux quelques instants, le mangemort ajouta :

- Tu n'es pas très bien comme tu es Mathew. Tu es faible. Tu es frêle. Tu ne tiendrais pas deux secondes face à un ennemi, et t'apprendre à être un homme, mon fils, c'est mon rôle de père. C'est pour ça que je suis revenu aujourd'hui. Pour t'élever.

N'attendant pas de réponse de la part du Serdaigle, le mangemort enchaina :


- Je suis issu d'une famille de sang-pur très respectée. La famille Capp est réputée pour sa grandeur et sa pureté. J'ai trahit les miens en tombant amoureux de ta stupide moldue de mère, j'ai fait de toi un sang impur, et je m'en excuse. Sache que pour rattraper cette erreur que j'ai faite il y a douze ans, je suis prêt à t'éduquer comme il se doit. Tu recevras de ma part l'éducation qu'un Capp doit avoir, et lorsque je serais retourné auprès du maître, je m'excuserais devant lui pour regagner ses rangs. Je t'élèverai alors comme je l'ai été, et lorsque tu seras - enfin - devenu quelqu'un, tu pourras, toi aussi, te joindre au plus grand mage noir de tous les temps...

Alan marqua une pause, et posa son regard sur son fils... Après lui avoir exposé son "programme" le concernant pour les années à venir, le jeune homme devait bien avoir des choses à répondre.



[HJ : Merci. J'espère que celui-là te conviendra tout autant, et que je n'ai pas trop "précipité" les choses !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Dim 21 Juin - 22:46

Son père serra encore plus fort sa main. Mathew aurait voulu crié tant son poignet le faisait souffrir. Mais il se l'interdit. Il ne pouvait pas le faire devant son père. Il se ferait encore plus mépriser. Aussi continua-t-il à se débattre furieusement. Il se sentit alors aspiré dans un tuyaux aussi étroit que ceux des toilettes. Son torax comprimmé lui faisait atrocement mal. Il aurait hurler si sa bouche n'était pas elle aussi comprimée. La sensation disparu soudainement. Mathew tituba quelques instant avant de voir qu'il avait transplané. En effet, il se trouvait dans la chambre d'un hotel mitteux. Sûrement encore à Pré au Lard, du moins il se ratachait à cette idée.

Il observa la chambre avec un dégoût pronnoncé. Elle était sâle, très sâle. De la crasse trainait partout. Il n'y avait donc pas de ménage ici? Mathew essaya de respirer le moins possible. L'odeur de renfermé qui règnait ici était suffoquante. Son père lança un rapide récurvite et la saleté s'envola. La pièce était moins repoussante. Mais il restait les vêtements. Mathew vit avec horreur des caleçons à même le sol juste à côté d'une petite culotte qui n'appartennait sûrement pas à son père. Ensuite il vit la bouteille de Wyski pur feu. Son père était-il alcoolique ou était-ce juste comme ça? En tout cas, son père balança toutes ses affaires sans expetion sous son lit défait. Ensuite il tira une chaise et ordonna que le jeune serdaigle s'asseoie dessus. Ce qu'il fit, sachant pertinement que des sortilèges autour de la pièce l'empêchait de toute manière de partir. Il n'avait aps le choix. Alors l'homme s'avança vers lui et lui dit:


- Je suis désolé pour le désordre, je dois t'avouer que je ne comptais pas réellement te montrer les lieux... Mais tu devrais te sentir plus à l'aise maintenant.

Mathew n'osa pas regarder son père en face. De toute façon celui ci ne devait pas ignorer qu'il ne se sentait pas plus à l'aise du tout. Aucun nettoyage ne le ferait se sentir plus à l'aise quand son père était dans la pièce et qu'il disait vouloir l'éduquer. Ensuite il s'avança vers lui avec un regard peu engageant. Mathew frissonna un peu. Mais il se résolu à ne plus montrer sa peur. C'est alors que son père lui dit qu'ils ne s'étaient pas bien compris. mathew approuva et balança:

-Effectivement je vous avait dit de me laisser tranquille...

Il n'osa pas ajouté autre chose voyant le regard peu rassurant de son père. Il n'était pas en position pour parler. Avec sarcasme son père lui demanda si il n'était pas heureux de le voir et pourquoi il ne souriait pas. Le jeune empathe ne répondit pas. Il ne sentait pas les sentiments de son père. Peut être celui ci était occlumen. Mais pourtant, Mathew avait atteint un tel niveau qu'il arrivait souvent à percevoir les émotions des occlumens. La preuve vivante était David Lewis. Mais peut être qu'Alan Capp était bien plus fort que David Lewis. C'était fort probable. Son père le regarda alors très sérieusement et lui annonça qu'il le trouvait faible, chétif. Ensuite il lui dit vouloir tenir son rôle de père, donc, encore l'éduquer. Mathew frémit. Cet homme avait-il perdu la tête? Mais Alan continuait sur sa lancée:

- Je suis issu d'une famille de sang-pur très respectée. La famille Capp est réputée pour sa grandeur et sa pureté. J'ai trahit les miens en tombant amoureux de ta stupide moldue de mère, j'ai fait de toi un sang impur, et je m'en excuse. Sache que pour rattraper cette erreur que j'ai faite il y a douze ans, je suis prêt à t'éduquer comme il se doit. Tu recevras de ma part l'éducation qu'un Capp doit avoir, et lorsque je serais retourné auprès du maître, je m'excuserais devant lui pour regagner ses rangs. Je t'élèverai alors comme je l'ai été, et lorsque tu seras - enfin - devenu quelqu'un, tu pourras, toi aussi, te joindre au plus grand mage noir de tous les temps...

Mathew le regarda presque avec horreur. Comment ça lui allait rejoindre le seigneur des ténèbres? Il suffoqua tant les volonté de son père étaient abracadabrantesque. Il en aurait rit si il ne savait pas que l'homme ne rigolait absolument pas. Ce qui lui fit encore plus peur. Comment pouvait-on ne pas réagir quand on vous annonce que vous allez faire partis des mangemorts. Surtout quand vous êtes contre leurs idées horrible. Pétrifié, le jeune garçon s'obligea à se lever. Il n'était pas bien grand aussi cela ne changea pas grand chose. Mais il se sentait plus sûr. Il hurla à la face de son père:

-Je ne deviendrais jamais mangemort! JAMAIS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

[hrp: tkt tout va bien il est cool ton post (je voudrais savoir, tu aimes les miens ou pas parce que sinon...^^)]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Dim 21 Juin - 23:58

Les choses étaient décidément difficiles avec le jeune Mathew. D'abord sa pseudo-fuite, puis son refus d'optempérer, même si Alan avait su que tout ne se ferait pas si facilement, il devait avouer qu'il ne s'était pas non plus attendu à ce que son fils objecte à ce point de le suivre. Pourtant, ce qu'Alan lui offrait n'était pas si terrible. L'éduaction, n'était-ce pas ce que tout enfant sans famille aurait voulu avoir ? Alors, pourquoi Mathew refusait tant l'autorité de son père ? De toute façon, quoi qu'il dise, il n'avait plus le choix. Il était son fils, il lui appartenait, et il ferait ce que son père lui ordonnerait sans objecter.

D'ailleurs, pour que Mathew se calme et pour contrôler un peu plus la situation, Alan avait été obligé de transplaner avec son fils juqu'à sa chambre d'hôtel miteuse, à laquelle il avait lancé des sorts qui lui permettrait, à lui et à son fils, d'engager une conversation plus... Sereine. Celle-ci était dans un sale état, et elle semblait répugner Mathew. Mais qu'à cela ne tienne, sa chambre n'était pas censée convenir à un gamin de douze ans.

Et puis, Alan avait fait un effort, il l'avait nettoyée, histoire de ne pas sembler trop... sale, aux yeux de son fils. Son but n'était pas de donner une mauvaise image de lui, bien au contraire ! S'il voulait s'assurer que son fils le suivrait, encore fallait-il que celui-ci lui trouve un minimum de qualités... Il avait donc balancé ses affaires, et les sous-vêtements de sa compagne de la veille sous son lit, et caché la bouteille vide de Whisky pur feu qu'il avait gardée.

Oui, Alan avait une bouteille dans sa chambre, et elle témoignait peut-être d'un alcoolisme, faible, peut-être, mais tout de même... Même si Alan ne l'avouait pas, il buvait tous les jours, même s'il n'avait pas besoin d'alcool, simplement pour se changer les idées, ou encore pour oublier ses problèmes, ce qui pouvait par conséquent faire de lui un alcoolique. Mais ça, l'homme n'était pas prêt à le reconnaitre. Après tout, tout homme ne buvait-il pas un peu, au cours des repas, ou même entre amis ? Et bien, sa façon de boire était à peu près la même, c'était du moins ce dont il était persuadé.

Pour ce qui était de la pile de vêtements, il savait que son fils l'avait vue, mais ne s'en souciait que très peu. Il était encore libre de faire ce qu'il voulait, quand il le voulait, et avec qui il le voulait, sans que cela ne regarde Mathew.

Mais l'heure n'était pas aux questions existentielles, bien au contraire. Alan devait parler à son fils, et c'était ce qu'il avait commencé à faire en lui demandant de s'asseoir, pour être certain d'avoir alors toute son attention et que son fils ne lui fasse plus de mauvais coup. Il avait alors expliqué à son fils qu'il lui semblait qu'ils ne s'étaient pas bien compris, et Mathew lui répondit alors que c'était juste, puisqu'il lui avait demandé de le laisser tranquille.

Alan éclata de rire en entendant la remarque - bien naïve - de son fils.


- Ce n'est pas à toi de me dire ce que je dois faire Mathew, et maintenant que je t'ai retrouvé, crois moi, je suis loin de te laisser tranquille... Tu es mon fils, et tu agiras comme tel, c'est bien clair ?

Les négociations n'étaient pas possibles, et s'il le fallait, il était prêt à employer la force. Il n'avait aucune pitié pour ce gamin qui était le sien. Parce que la pitié, ce n'était pas un sentiment qu'Alan était capable de ressentir, au même titre que la compassion ou l'amour. Tous ces sentiments, ça faisait bien longtemps qu'Alan ne les avait pas éprouvés, et il était seul depuis si longtemps qu'il n'était plus capable de rien ressentir, si ce n'était l'envie, cette envie si puisssante qu'il avait au fond de lui et qu'il ne pouvait contenir, d'élever enfin son fils.

Oui, il y tenait, tout simplement parce que l'éducation qu'il allait donner à Mathew représentait bien plus à ses yeux qu'une simple leçon de vie. Il voulait le meilleur pour son fils, ce n'était pas une question d'amour, loin de là, mais de devoir, et Alan était un homme qui faisait de son mieux, généralement, pour tenir ses engagements et agir de la meilleure des façons - pour lui.

Alan avait alors émit à Mathew ses plans pour sa future éducation, et ce qu'il comptait faire de lui... C'est à dire, devenir un mangemort, après quelques années d'une éducation stricte comme celle qu'il avait reçu. Mais cette nouvelle ne sembla pas enchanter Mathew, à en juger par le regard horrifié qu'il lui lança quelques instants.

Le petit suffoquait presque, mais malgré sa peur, il se leva, et hurla à la face d'Alan qu'il ne deviendrait jamais mangemort. Hésitant d'abord à frapper son fils pour qu'il reprenne ses esprits, Alan opta plutôt pour une manière plus douce de calmer Mathew, et il lui pointa à nouveau sa baguette sous le menton.


- Hurler ne t'avancera à rien Mathew. Je suis ton père, et tu feras ce que je te dirai de faire, et ce sans objecter. Tu n'as pas le choix, de toute façon. A partir d'aujourd'hui c'est moi qui t'élève, et je le ferai comme je l'entends.

Il posa sa main sur l'épaule de son fils et maintient une légère pression sur celle ci pour que son fils s'installe sur le lit à ses côtés.

- Pour ce qui est des mangemorts, cela ne sert à rien que tu te mettes dans cet état, mon petit. Tu es encore bien trop jeune pour rejoindre les mangemorts, et tu ne le feras pas avant quelques années. Je ne te laisserai pas les rejoindre si tu n'y est pas tout à fait prêt. Je suis peut-être ambitieux en ce qui te concerne, mais pas stupide.

Malgé ses paroles, qui auraient peut-être pu être réconfortantes si Alan les avait dit avec un ton plus doux, le sorcier n'avait pas perdu son air grave et sérieux, ni même la froideur du ton qu'il employait. Il ne ressentait rien pour Mathew, et se fichait bien de savoir s'il était rassuré ou non. Il n'allait pas risquer de confier son fils à Voldemort si celui ci n'était pas prêt sans quoi le maître lui ferait payer à lui même l'incapacité de son fils, et il n'avait pas vraiment envie d'être torturé à cause de cet incapable...

Mais maintenant, qu'allait bien pouvoir faire Alan ? Il ne pouvait pas retenir son fils contre son gré chez lui, il se devait de gagner la confiance de cet enfant, encore fallait il pour cela qu'il ait un coeur, ce qui n'était absolument pas le cas. En attendant, il pouvait tout de même tenter d'en savoir plus sur son fils, et de savoir quels seraient les avantages et les inconvénients que possédait déjà Mathew pour l'éducation qu'il allait lui donner.


- Maintenant, j'aimerai que tu m'en dises un peu plus sur toi, et sur ces douze années que j'ai loupées... Ne te fais aucune illusion, je ne me soucie pas de ce qui t'est arrivé, mais j'ai besoin de ces informations pour savoir ce que je vais devoir faire de toi... Sache qu'en ce qui me concerne, j'ai pour ambition de récupérer le manoir de notre famille, et d'y vivre, avec toi, pendant les vacances...

Alan ne parlait pas du passé. Il valait mieux l'éviter, et ne parler que des projets plutôt que de ses échecs tous aussi décevants les uns que les autres.



[HJ : Mais oui j'aime tes posts, fidèles à ce que je m'imagine de ton perso, et surtout très crédibles ! Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Ven 26 Juin - 13:18

Quand son père lui avait dit qu'ils ne s'étaient pas très bien compris, Mathew avait répliqué que non, effectivement, car il lui avait demandé de le laisser tranquille, ce que, Alan, n'avait absolument pas fait. Au contraire, il avait ri de ses propos, peut être incohérent. Le jeune serdaigle se sentit diminuer quand l'homme lui annonça froidement:

- Ce n'est pas à toi de me dire ce que je dois faire Mathew, et maintenant que je t'ai retrouvé, crois moi, je suis loin de te laisser tranquille... Tu es mon fils, et tu agiras comme tel, c'est bien clair ?

Mathew ne hocha pas la tête. Il ne pouvait pas faire confiance à cet homme. Pourtant cette rencontre aurait pu être de celle qui l'aurait tant réjoui, si son père n'était pas aussi barje. Barje, oui Mathew pensait que son père était ainsi. Et il n'avait pas honte de le faire. Après tout quel homme sensé voulait éduqué son fils selon la méthode mangemort? Personne. Et il avait fallu que cela tombe sur lui. Le jeune garçon était exaspéré par ce coup du destin. Ensuite son père lui expliqua ses projets d'avenir et Mathew lui hurla que non, jamais il ne deviendrais mangemort. Ce qu'il espérait. Soudainement Alan Capp se rapporocha de lui et lui planta une nouvelle fois sa baguette sous le menton.

- Hurler ne t'avancera à rien Mathew. Je suis ton père, et tu feras ce que je te dirai de faire, et ce sans objecter. Tu n'as pas le choix, de toute façon. A partir d'aujourd'hui c'est moi qui t'élève, et je le ferai comme je l'entends.

Mathew essaya encore de se dégager en vain. Alan le força à s'asseoir sur le lit à côtés de lui. Avec une moue très réticente, le jeune garçon obtempéra. Il regarda avec un air de colère sur le visage, son père qui avait soi disant de brillant projet pour le jeune garçon. Il aurait eut envie de pleurer mais ne le fit pas. Alors Alan lui dit:

- Pour ce qui est des mangemorts, cela ne sert à rien que tu te mettes dans cet état, mon petit. Tu es encore bien trop jeune pour rejoindre les mangemorts, et tu ne le feras pas avant quelques années. Je ne te laisserai pas les rejoindre si tu n'y est pas tout à fait prêt. Je suis peut-être ambitieux en ce qui te concerne, mais pas stupide.

Mathew laissa un petit rire s'achapper de sa gorge. Oui évidemment son père n'était absolument pas stupide. Non bien sûr. Le fait que le jeune serdaigle pensait que devenir mangemort était quelque chose de relativement stupide, n'effleurait absolument pas son père. Mais non alons-y soyons tous mangemort. Mathew affrontait la situation avec un calme mélangé à de l'ironie.



- Maintenant, j'aimerai que tu m'en dises un peu plus sur toi, et sur ces douze années que j'ai loupées... Ne te fais aucune illusion, je ne me soucie pas de ce qui t'est arrivé, mais j'ai besoin de ces informations pour savoir ce que je vais devoir faire de toi... Sache qu'en ce qui me concerne, j'ai pour ambition de récupérer le manoir de notre famille, et d'y vivre, avec toi, pendant les vacances...

Le jeune empathe essaya de sonder les pensées. A vrai dire, encore une fois, il se heurta à un mur. Son père ne devait pas vouloir aprtager ses sentiments. Mathew ne répondit rien. Il n'avait pas envie que son père découvre toutes sortes de choses dont il pourrait se servir contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Ven 10 Juil - 12:52

Alan avait engendré un fils têtu. Ce dernier lui tenait tête, du haut de ses douze ans, et ça n'allait pas durer. Alan n'était pas le genre d'homme a tout laisser passer, et ce, encore moins avec ses enfants. Oui, si certains parents laissaient leurs enfants devenir des rois, et prendre le contrôle sur leur vie, ce n'était absolument pas le cas d'Alan, qui allait montrer à cet insolent où était sa place, et comment il devait agir en sa présence.

Il n'avait peut-être pas élevé Mathew, mais il était tout ce qu'il lui restait à présent, et possédait donc tous les droits le concernant. Mathew ne pouvait pas lui désobéir, c'était du moins inconcevable dans l'esprit d'Alan. Le mangemort avait essayé de remettre le Serdaigle à sa place. Il lui avait expliqué que désormais, il devrait lui obéir, ce ce quoi qu'il arrive.

Mais Mathew semblait encore bien trop buté, car il n'hocha pas la tête, et ne fit aucun geste qui pouvait montrer à Alan qu'il avait compris ce qu'il avait à lui dire. Le petit Mathew semblait bien trop sage, tellement sage qu'Alan commençait à avoir des doutes sur leur lien de parenté. Comment un homme comme lui avait pu donner naissance à un fils aussi gentil ? Le petit garçon semblait même effrayé à l'idée de devenir un mangemort, il hurlait à travers la pièce qu'il n'en deviendrait jamais un.

Malheureusement pour lui, ce n'était pas à lui que revenait cette décision, et Alan le lui avait fait comprendre en lui plantant à nouveau sa baguette sous le menton. S'il devait lancer un sort à son fils pour qu'il se clame, ou qu'il agisse comme il le désirait, Alan le ferait sans hésiter. Il n'avait de pitié pour personne, y compris son fils.

Il avait beau mettre Mathew en garde, et lui expliquer qu'il n'avait plus le choix, désormais et qu'il devrait agir comme lui le décidait, cela ne changeait rien pour le petit, qui tentait en vain de se dégager de l'emprise de son père. Au fur et à mesure, le petit semblait de plus en plus paniqué. Allait-il céder aux larmes ? C'était ce qu'Alan aurait cru, mais il n'en fit rien. Dommage. Il aurait versé ne serait-ce qu'une larme, et là, Alan lui aurait vite fait passer l'envie de pleurer. Avec une gifle, peut-être, qui sait. Il venait d'enlever son fils, il n'était plus à ça près.

Alan avait également dit à son fils qu'il ne deviendrait pas un mangemort immédiatement, et que, même s'il était ambitieux le concernant, il n'était pas stupide. Cette réplique fit s'échapper un petit rire de la gorge de Mathew, un rire qui n'échappa pas à Alan. L'homme laça un regard foudroyant à son fils.


- Ose encore te moquer de moi, et tu le regretteras amèrement.

Sa menace n'était pas une menace en l'air, non... Alan était capable du pire. Si Mathew ne l'avait pas encore compris, il se pourrait qu'il en fasse rapidement les frais. Il valait mieux pour lui qu'il se tienne à carreau.

Alan avait aussi tenté d'en savoir plus sur son fils, mais ce dernier restait un peu trop silencieux à son goût. Cette fois, Alan perdait patience, même s'il tentait de le cacher.


- Tssss... Tu sais Mathew, si tu ne veux rien me dire, je peux te faire parler. Un simple sortilège impardonnable, et tu es sous mon contrôle. Ou alors, je pourrais te faire parler d'une autre façon... A coups de Doloris...

Il parlait comme s'il suggérait à son fils de faire avec lui une partie de pêche, ou de jouer ensemble. Mais là, ce n'était pas un jeu. Et Alan était très sérieux. Il n'avait pas pris tous ces risques pour se voir échouer devant un gosse !

- Alors, tu n'as toujours rien à me dire ? demanda le mangemort en passant sa baguette magique le long de la joue du petit Mathew, par pure provocation, pour l'inciter à parler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Ven 10 Juil - 21:26

- Ose encore te moquer de moi, et tu le regretteras amèrement.

Là Mathew repensa à Tonks. Tonks, sa mère de coeur, celle pour qui il avait eut le courage de pronnocer le mot maman. Celle qui lui avait dit que rien n'irait de travers, celle qui lui avait fait promettre de ne jamais sortir seul. Celle qu'il venait sûrement de décevoir. Le jeune serdaigle n'avait pas pensé que son père l'attendait dans un coin de rue à Pré au Lard. Il n'avait pas songé un instant qu'en restant seul quelques secondes, soi dit en passant un besoin que le jeune garçon éprouvait souvent, qu'il se mettrait dans une telle galère. Non ça il ne l'avait pas pensé.

Et c'est en pensant à elle qu'il eut le courage, non pas de répondre à son pèr'e, car il n'allait non plus exagéré, mais de lancer un air de défis et d'ignorer la question sur ses douzes années passées sans lui. Et puis que pouvait bien vouloir son père. Il ne l'avait jamais éduqué. Mathew était en colère. Très, trop. Trop pour pouvoir songer ne serait-ce qu'un seul instant à faire ce qu'il lui disait de faire. Car le jeune empathe avait beau être un enfant plutôt obéissant, un ange, un bout de chou comme on disait, il ne se laissait jamais faire quand les enjeux étaient tels.

Son père le regardait dans les yeux, attendant sûrement une réponse. Mais le jeune garçon s'obstinnait à ne pas répondre. Il était toujours assit à côté de son père. Aussi par mesure de sécurité, il s'éloigna un peu. Son père près de l'oreiller, lui près de la fin du lit. Alors l'homme, trouvant qu'il tardait trop lui dit:


- Tssss... Tu sais Mathew, si tu ne veux rien me dire, je peux te faire parler. Un simple sortilège impardonnable, et tu es sous mon contrôle. Ou alors, je pourrais te faire parler d'une autre façon... A coups de Doloris...

Mathew déglutit. Il ne connaissait pas beaucoup son père, mais les quelques sentiments qu'il arrivait à glaner et ces minutes, il savait que l'homme n'hésiterait pas à mettre sa menace à exécution. De têtu il devint alors borné et se tut, en regardant son père avec ce même air de défis que tout à l'heure. Commençant à s'impatienter, l'homme aux folles ambitions lui sussura en carressant sa joue à l'aide de sa baguette magique:

- Alors, tu n'as toujours rien à me dire ?

Enervé, et apeuré, Mathew ne pensa pourtant qu'à Tonks, à Remus, à Bella, à Fred, et aux autres. Eux qui étaient sa vrai famille. Eux n'auraient pas lâché prise. Alors décidant de faire de même, le jeune serdaigle se leva et se mit face à son père. Son regard décidé se planta dans les yeux de l'homme en face de lui. Cette fois il ne prendrait pas la peine de le vouvoyer, à vrai dire, c'était plus facile de crier sur quelqu'un en le tutoyant.

-Non je n'ai rien à te dire. Tu n'es pas mon père! Mon père c'est Remus Lupin! Ma mère c'est Tonks! Ma soeur c'est Bella et mon frère c'est Fred! Tu vois quand tu n'étais pas là, je me suis constitué une vraie famille! J'ai pas besoin de toi! Je...

Il n'eut pas le temps de continuer sa phrase.

[HRP: Tu sais je veux bien que tu torture le sale garnement que je suis tu as mon autorisaton^^ au fait, super post!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Sam 11 Juil - 3:16

L'insolence de Mathew dépassait l'entendement. Jamais Alan ne se serait imaginé faire face à un tel mur. Le fait était que son fils continuait à rester buté, et borné sur ses idées, alors qu'elles lui étaient pourtant inutiles. Alan ne lui demandait pas de réfléchir, juste de lui parler, et de faire tout ce qu'il désirait de lui. Mais le Serdaigle ne faisait rien de tel. Qu'à cela ne tienne. S'il ne voulait pas parler de lui même, Alan se chargerait de lui faire dire ce qu'il attendait de lui.

Cependant, il ne voulait pas - du moins pas tout de suite - montrer à son fils ce dont il était capable. Et puis, il redoutait que, par la colère, il ne puisse plus s'arrêter de faire souffrir le petit Serdaigle. Mais une chose était certaine, il se devait d'être puni. Pour son insolence, mais également, s'il persistait sur cette voie, pour son silence. Ainsi, Alan le mit en garde une dernière fois, et demanda alors au petit garçon s'il n'avait toujours rien à lui dire.

A sa plus grande surprise, le gamin qui s'était éloigné de lui, se releva et se planta face à Alan. Là, il lui répondit, et en le tutoyant, qu'il n'avait rien à lui dire, et qu'Alan n'était pas son père. Selon lui, son père était Rémus Lupin, et sa mère était Tonks. Sa soeur était une certaine Bella, et son frère Fred, toujours selon ses dires. Il lui expliqua alors que, lorsqu'il n'avait pas été là, il s'était constitué une vraie famille, et qu'il n'avait pas besoin de lui.

Alan avait gardé son calme bien trop longtemps, et les mots de son fils ne purent continuer à venir car, à peine avait-il fini cette dernière phrase qu'Alan lui administra une giffle monumentale qui en fit tomber le Serdaigle à la renverse. Oui, Alan avait de la force. Surtout lorsqu'il était énervé, et là, Mathew l'avait mis hors de lui. S'il y avait bien une chose pire que le silence de son fils, c'était bien ses paroles !

Sans plus attendre, le mangemort se releva, baguette en mains :


- Endoloris !

Le sortilège frappa de plein fouet le petit garçon, sans que cela ne fasse rien à Alan. Il ne ressentait aucune culpabilité par son geste, bien au contraire. Il en était même presque fier. Fier de le voir enfin se plier à ses ordres, de le voir à ses pieds. Après tout, il n'avait pas encore treize ans, il n'allait certainement pas prendre le dessus sur lui. Et puis, Alan était bien trop en colère pour avoir le moindre remord.

Il se releva, baguette toujours pointée sur lui. Le sort n'en finissait pas, et son fils se tordait maintenant de douleur sur le sol, mais ce n'était pas pour autant qu'Alan allait s'arrêter, bien au contraire. Alors qu'il maintenait son sort, il retourna Mathew avec son pied droit, et déclara sur un ton calme, qui contrastait un peu trop avec la colère qu'il exprimait pourtant à travers son sort :


- Je suis ton père, que tu le veuilles ou non Mathew. Ce n'est pas parce que ce loup-garou n'est qu'un lâche, comme toi que ça en fait de lui ton père. Mais ne t'inquiète pas, les choses vont changer. Tu ne seras plus lâche une fois que je me serais occupé de ton cas. Pour ce qui est de ta mère, je t'interdis d'affirmer qu'il s'agisse de Tonks, ou de qui que ce soit d'autre. Ta mère n'était qu'une petite moldue insignifiante, une petite chose faible, qu'il m'a été facile de manipuler. C'est pour cette raison que toi aussi, tu es si faible : Tu lui ressembles.


Alan pensait ce qu'il disait : Mathew ne lui ressemblait pas le moins du monde. Il ressemblait plus à sa mère, tant sur le plan physique, que mental. Oui, il avait la mentalité de sa moldue de mère, mais ça ne durerait pas.
Alan arrêta alors son doloris sur son fils, qui restait toujours cloué au sol. Pas étonnant après la gifle que lui avait administré le mangemort, et le sort qu'il venait de subir. Le mangemort attrapa le Serdaigle par le bras, et le releva violemment.

- Allons Mathew, tu n'ose plus me défier ?

Alan regarda une nouvelle fois son fils, avant de lui lancer un autre doloris, histoire de lui faire comprendre la leçon. il maintint son sort quelques minutes, puis le stoppa net, laissant ainsi Mathew reprendre ses esprits.

- Une chose que tu devras apprendre : Nous, les mangemorts, on ne fait pas dans la délicatesse. Si tu ne veux pas m'obéir, je trouverai bien un moyen de te faire plier... Je ne suis pas du genre à me lasser de la torture ou des cris de mes victimes, bien au contraire... Alors, tu ne veux toujours rien me dire ?

Avec tout ce qu'Alan venait de lui faire subir, si Mathew ne lui disait rien, alors le mangemort n'y comprendrait plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   Jeu 30 Juil - 18:12

Mathew avait mis son père en colère, ça, il en était sur. Après ses paroles, même si il savait qu'il les pensait, il regrettait de les avoirs pronnoncee. Le regard noir de son père en disait déjà long sur la colère du mangemort. Le jeune garcon se mît a trembler violemment et recula. Son père quand a lui se leva. Et il lui fichu la plus monumentale des baffes que le jeune garcon avait reçue. Mathew tomba a la renverse et hurla. Il avait mal, très mal. Effrayé, le jeune serdaigle parvennait a ressentir les sentiments de son père, ça oui il ne les cachait plus du moins du monde. Il tremblait de tout ses membres sous la violence de cette colère. Oui, il était allé trop loin, beaucoup trop loin.

Son père avançait vers lui, lentement mais sûrement. La il paniqua vraiment. Les yeux ecarquilles, il fixait son père et la baguette qu'il tenait a la main. Il fit alors ce qu'il avait dit. Sa voix gutturale résonna dans la pièce telle une menace proférée par la mort. "Endoloris". Mathew n'eut pas le temps de dire ouf que tout son corps s'emplit de douleur. Tel un feu brulant elle se propagea rapidement. Il hurla tant cela le faisait souffrir. Mathew ressentait un besoin vital que la douleur s'estompe. Cette souffrance durait et durait prenant un malin plaisir a durer et s'eterniser.

Soudainement son père le retourna. A nouveau Mathew hurla, son cris déchira le demi silence de la pièce, qui était entrecoupe par ses gémissements. Une larme coula le long de sa joue. Le pied de son père sur son ventre le faisait encore plus souffrir. Alan Capp le regarda sans sourcillier. Il n'avait aucun remords a torturer son fils. Il lui dit calmement mais toujours en colère:


- Je suis ton père, que tu le veuilles ou non Mathew. Ce n'est pas parce que ce loup-garou n'est qu'un lâche, comme toi que ça en fait de lui ton père. Mais ne t'inquiète pas, les choses vont changer. Tu ne seras plus lâche une fois que je me serais occupé de ton cas. Pour ce qui est de ta mère, je t'interdis d'affirmer qu'il s'agisse de Tonks, ou de qui que ce soit d'autre. Ta mère n'était qu'une petite moldue insignifiante, une petite chose faible, qu'il m'a été facile de manipuler. C'est pour cette raison que toi aussi, tu es si faible : Tu lui ressembles

Mathew n'aimait pas qu'il dise du mal de sa mère. Il n'en avait pas de droit. D'une certaine manière, c'était de leurs fautes si elle était morte. Mais la douleur qui restait dans son corps ne lui permis pas de penser plus. Soudainement elle disparu. Mais le jeune garçonrestait toujours à terre. Sa joue était apuyée contre le parquet dur de la chambre. Il étiat replié sur lui même et ne bougeait plus.

- Allons Mathew, tu n'ose plus me défier ?

Evidement le serdaigle ne répondait rien. Il était choquer. Une deuxième fois un doloris pris son corps. Il hurla comme il n'avait alors jamais hurler. Car celui-ci était bien plus fort que l'autre. Se tordant sur le sol sous les yeux impassible de son père, il souffrait le martyr. Puis le sort cessa, une dizaine de minutes après. La douleur diminua lentement et son père le releva durement. Il lui dit brutalement:

- Une chose que tu devras apprendre : Nous, les mangemorts, on ne fait pas dans la délicatesse. Si tu ne veux pas m'obéir, je trouverai bien un moyen de te faire plier... Je ne suis pas du genre à me lasser de la torture ou des cris de mes victimes, bien au contraire... Alors, tu ne veux toujours rien me dire ?

Mathew pleurait. Un peu mais pleurait quand même. Son torse se soulevait régulièrement; mais rapidement. Il sentait le besoin de se blottir dans les bras d'une mère. Car la dureté était partout. IL ne regardait plus son père. Il fixait bêtement le parquet. En même temps il lui racontait tout. Absolument tout. Que pouvait-il faire d'autre? Rien...


[Voilà^^. Pour faire avancer ce topic il faudrait un truc du genre Alan se rend compte qu'il y a trop de travail à faire et il l'enlève ou encore Mathew essaye en vain de s'échapper et là il l'enlève... Fais ce qu'il te plais je ferais en fonction de ton post^^]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la poursuite de son objectif [PV Mat']   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la poursuite de son objectif [PV Mat']
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haitiinfos: Il n'est pas neutre mais il essaye d'être objectif
» Poursuite d'un voleur
» Question de règle: prise d'objectif avec un transport plein de troupes.
» Course-poursuite entre magiciens [PV:Eva,Nagi,Daisuke]
» Course-poursuite sur les toits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard-School :: Hors Poudlard :: Pré au Lard-
Sauter vers: